Carnet de route

Réveil au néouvielle

Sortie :  du

Le 13/03/2012 par Mingot Claude

 

Réveil au Néouvielle
 
Sous les chevrons des cieux, au fin fond du grenier de la vie, se cachait un album endormi. Année après année, une délicate poussière s’y était déposée.
Passant par là, une main discrète et magique, d’un revers énergique, balaye la fine couche tel un ski dérapant sur la piste.
Examinant le livre, la main se met à l’ouvrir.
-« Où veux-tu aller ? » Lui demande l’esprit.
-« ben là-haut, dans l’album, avec les autres ! » Lui répond la main.
-« Dans l’album ? Avec les autres ? » Insiste l’esprit.
-« Ben oui ! Je peux tourner les pages ? » Demande timidement la main.
-« Tu peux, mais attention, il faut être aguerri. »
Pages après pages, sont disposées des photographies de sommets, d’arêtes, de montagnes toutes blanches.
Plongée dans les souvenirs, la main sort du livre, se lève et s’oriente vers l’avenir.
-« ça va Claude ? » Me lance guillaume.
-« Oui, c’est bon, j’arrive. »
Ha oui, au fait, nous sommes en direction du Néouvielle. Piolet à la main et crampons aux pieds, nous passons la partie terminale de la brèche de Chausenque.
Douze ans déjà, douze longue années que mes crampons n’ont pas cramponnés, que mon piolet n’a pas “pioletté“. Ils en ont pourtant vu des glaciers et des rochers. Ils en ont avalé du dénivelé. Mais c’est loin, c’est bien loin. Une éternité qu’ils croupissaient au fond du grenier. La reprise est rude.
Sac et ski sur le dos, je “buffe“ dans cette brèche. Chausenque passée, peaux collées et ski aux pieds la compagnie repart en direction du sommet. Guillaume est en tête, suivi d’Alain, Antoine, Pierre, Franck, Bénédicte, Francis et moi, Claude, petit dernier tout récemment inscrit au CAF de Nantes.
Nous approchons du Néouvielle. La neige est dure. Nous usons des couteaux. La fin de l’ascension est éprouvante. Le ciel s’ennuage, aussi ne tardons-nous pas au sommet et entamons le retour. La descente se fait avec précaution, nous avons des difficultés à apprécier le relief. C’est dommage, la neige est bonne.
Le refuge de la Glère est agréable, d’autant que nous sommes les seuls locataires en ce dimanche 4 mars. De même on y sert un vin chaud qui à beaucoup de succès. Par contre, s’il vous venait à l’idée d’y fêter quelque chose, surtout évitez le pastis, la gardienne a horreur de l’anis.
Lundi 5 mars, huit heure du matin. Nous sommes encore là dans le refuge. Le vent souffle par rafales et il neige. Puis, neuf heure, c’est l’éclaircie, nous partons. Le programme prévu n’est pas réalisé mais qu’importe ; quel délice. Nous profitons de ces dix centimètres de poudreuse en ascensionnant les quelques vallons en direction du Turon et, comme tout à une fin, nous prenons le retour vers la plaine.
Un dernier mot, juste à titre d’info. Quand vous quittez le Néouvielle pour regagner le parking de Barèges, là où vous avez garé la voiture, vous tournez sur la droite juste après le refuge de la Glère. Si d’aventure il vous arrivait de prendre la gauche, surtout pas d’inquiétude, bien au contraire car en retour, et moyennant 150 mètres de dénivelé, vous profiterez  d’un merveilleux petit sentier.
 
Voilà, j’en ai fini de mon brouillon, je retourne sous mes chevrons.






CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda