Carnet de route

CAMP JEUNES MULTI ACTIVITÉS A L'ILE AUX PIES

Sortie :  du

Le 06/07/2012 par tous les jeunes

CAMP JEUNES MULTI ACTIVITÉS A L’ILE AUX PIES

Vendredi 6 juillet nous sommes tous arrivés, et avons tous monté nos tentes. Quand tout le monde fut là, les parents ont aidé à installer le camp. On a pris connaissance des lieux du camping de l'île aux Pies, car le dernier camp était à Pont Caffino. Nos premières impressions  étaient bonnes, le camping agréable, très vert, nous étions presque seuls et nous avions beaucoup de place.

Le premier soir deux personnes sont venues nous présenter leurs instruments : la vielle à roue qui se trouve entre le violon et le piano, et la bombarde qui est une sorte de flûte. Après l’heure musicale nous sommes allés danser trois danses bretonnes dont un An Dro Nantais. La danse Bretonne n'est pas très compliquée, par contre cela fait mal aux petits doigts !

Samedi, la première étape du rallye VTT commençait par l'épreuve de grimp ' arbre suivie de la traversée du pont de singe pour aller chercher une feuille de chêne. Pour les plus jeunes comme moi le grimp 'arbre était difficile  mais pour les autres c'était plus facile. Cette étape a créé beaucoup d'ambiance  et c'était très amusant. Le rallye a très bien débuté, même si quelques groupes ont fini égaré ou bien amochés. Le  temps était splendide. Le chemin était très sympa : malgré la boue, les descentes et les montées, nous avons tous réussi (enfin presque) à revenir entiers de ce rallye VTT. La 1ère étape était de monter dans un arbre pour faire le pont de singe en s'aidant d'un autoblocant et d'un reverso ; arrivés en haut le chef de notre équipe nous aidait à aller sur le pont de singe.

A l’issue de la 2ème étape, nous devions trouver un ARVA où était accrochée une enveloppe contenant la nouvelle carte cachée dans les buissons (plutôt dans les ronces, merci Bernard !), avec cet objet qui bipait lorsqu'on s'approchait du but. Il fallait tout de même bien tendre l'oreille pour entendre et le trouver, ce fichu ARVA. Les adultes accompagnateurs ne devaient normalement pas aider les enfants, mais ils aidaient quand même. Quand (enfin) on trouvait l'objet si bien caché (encore merci Bernard), on courait vers Paul (bien étendu sur la table, bronzant) et on repartait à vélo après avoir consulté la nouvelle carte qui nous indique le chemin à suivre. C'était l'épreuve (bien galère) de l'ARVA.

Après la troisième étape, Loïc installait vélos et pédaleurs(euses) sur les canoës pour traverser l’Oust afin de retrouver la bonne rive et revenir au camp.

Dimanche, la grimpe en vallée d'oust commença d'abord par une découverte du secteur local. Ainsi, le lendemain de l'installation au camping, tandis qu'un groupe cavalait à travers Redon dans un contexte de course d'orientation, un autre se prélassait sur un massif granitique riche en difficultés et accessible à tous. Les plus expérimentés gravirent tant bien que mal le « mur de la mort », ainsi nommé par le reste de la troupe, tandis que les plus jeunes découvraient les joie de l'escalade en falaise.

Soirée du dimanche, Grégory arrive et nous appelle avec toutes ses percussions. Toutes et tous attentionnées(és) nous commençons par de petits bruits discrets, suivis de petits morceaux que quelques uns connaissaient. Assis en cercle autour de Grégory, il nous expliqua d'où venait chaque instrument, comment il fonctionnait et quel son il produisait. On débuta par faire du son avec notre corps (la cuisse, les doigts, les mains) et s'ensuivit un superbe rythme collectif, chacun jouant d'une percussion. Cela nous a beaucoup plu, ça c'était une bonne surprise. On l'attend déjà avec impatience pour le camp de l'année prochaine.

Le lendemain, les majestueuses falaises de l'île aux Pies n'ayant plus de secret pour nous, nous décidâmes de changer de coin afin de faire le tour des falaises du pays, et ceci s'effectua en deux temps.
1- l'acrobranche au bord de l'oust ;
2- l'escalade en falaise.

J'ai adoré le parcours aventure d'accro-branche, certaines voies avaient l'air faciles vue d'en bas mais quand on se trouve en haut, on réalise vraiment qu'on est en hauteur sur une falaise, qu'on a un parcours à finir et qu'on ne peut pas redescendre. C'était  vraiment impressionnant à vivre ! J'ai également apprécié les hamacs en hauteur, ils étaient vraiment immenses et c'était très agréable de s' asseoir dessus au soleil en discutant tranquillement avec ses amis !

Nous sommes ensuite partis dans l'après-midi vers les falaises de Saint Just et cette deuxième journée de grimpette fut introduite par la découverte d'un nouveau défi à réaliser pour le mardi soir, à savoir la rédaction d'une histoire en lien avec la région, sur le thème des mégalithes des landes de Cojoux.  Les mégalithes sont des cailloux très anciens qui, parfois, provoquent un intérêt particulier chez certains personnes. Tout comme la tortue des Galapagos, le menhir est apprécié pour sa vieillesse. C'est pour cela qu'on prend la précaution (quand ça en vaut la peine) de les enfermer derrière un imposant grillage, tel un gorille dans un zoo, car quelqu'un pourrait avoir l'idée (farfelue j'en conviens) de les voler, dans un but perfide ou louable, mais à coup sûr sans intérêt.

Quand nous sommes arrivés aux falaises, il y avait déjà du monde alors nous sommes allés plus loin pour escalader. Nous nous sommes vraiment amusés car l'escalade c'est super et en plus une fois en haut le paysage est magnifique. En plus, je suis montée pour la première fois en tête. En bref c'était vraiment trop cool.

Avec cette fin de journée se sont clos nos activités grimpantes sous un soleil accablant et propice a tout type d'inactivités.
 

 

 


Mardi matin, embarquement en groupes sur des canoës géants avec un guide de la LPO. Sur ces canoës nous avons vu un Cygne (Il était super beau), des  canards (Ils étaient beaux aussi, mais moins beaux quand même), des poules d’eau (trop marrantes), des cormorans (trop rigolos sur leurs poteaux), des aigrettes (supers belles), des hérons Cendrés (trop beaux), des Mouettes rieuses (je n’ai pas très bien vu mais elles étaient très belles quand même). J’aurais bien aimé qu'on puisse se jeter à l’eau mais bon tant pis. Ce que j’ai bien aimé c’est  que l’on s’arrosait quand on passait à coté de l'autre canoë (trop marrant). Ah, et aussi on a jeté des algues sur les autres. On n’a vu aussi des petites araignées qui marchaient sur l’eau (trop marrant). On s’est tous bien amusés.

Mardi après midi les équipes sont prêtes et il est l'heure de partir. Avec nous, la boussole, le GPS, et les photos et les coordonnées de l’itinéraire. 15mn séparent chaque équipe, mais il est possible de se faire rattraper. Durant la course tout le monde est à son poste et il faut repérer des photos qui marquent les intersections et quelques enveloppes dispersées sur le chemin. Dans chaque enveloppe un mot est donné. A la fin de la course chaque équipe rassemble tous les mots, et tous ces mêmes mots nous aideront au final à en trouver un qui en sera la définition. Mais à la fin de la course toutes les équipes se rendent compte qu'il manque une enveloppe. Mystère. Mais personne n'est étonné quand on découvre que Dandelot a encore fait des siennes. Tout le monde trouve son enveloppe dans la tente commune, tout en dégustant un bon goûter tous ensemble. Et le dernier soir, épreuve finale résultat du rallye. Chaque patrouille devait écrire une histoire avec des personnages et des mots imposés (comme Diesel, GPS, un lévrier, un âne, deux frères et sœurs, les parents et  des voisins, à l’époque de Louis XIV ou des égyptiens) . Avec ma patrouille, nous avons joué une pièce de théâtre. Nous l’avons présenté en 3ème, les Academy Gang et les Beautiful sont passés juste avant et c’était très drôle parce que leur histoire ne tenait pas la route. Notre présentation était moyenne parce qu’elle manquait d’humour. Celle des Dieux, nous ne  l’avons pas comprise car ils n’arrivaient pas à lire soit disant par manque de lumière. Mais ce fut quand même mon équipe (les Cosmos) la meilleure car nous avons gagné ; la patrouille classée première avait le droit de choisir un paquet de confiseries parmi quatre, la deuxième parmi trois paquets et ainsi de suite.

Question cuisine, c’était *** : nous avons dégusté plusieurs mets dans une ambiance tout à fait joviale. Les cris se croisaient tandis que les rires se rencontraient tout en mangeant. Enfin, tout ça se passait plutôt le soir car, le matin, tout le monde ne se réveillait pas en même temps et tout le monde n'avait pas envie de parler. Le déjeuner se passait éparpillé en petit groupes, chacun avec son ou ses sandwich. Mais il fallait bien sûr préparer ces repas et chaque équipe était tour à tour sollicitée pour les confectionner. Chaque repas était prêt à temps malgré l'absence, certaines fois, de membres ou d'une équipe entière. Ensuite, la terrifiante, l'abominable, l'ennuyeuse vaisselle devait être malheureusement faite. Elle se faisait par équipe, l'organisation était donc la clé de la rapidité. Je trouve que les goûters étaient bons et que les repas étaient bien  équilibrés mais ils n'y avaient pas assez de légumes pour les repas. J'aurais aimé avoir un concours de cuisine par groupe comme master chef. Tout était délicieux. J'ai adoré les repas avec les grillades.

Les soirées avaient chacune leur charme. La musique avec Gregory était super. Les films de scouts demeuraient drôles. Les histoires avec les mots incongrus étaient hilarantes. Les soirées restaient trèèèèèèèèèèèès animées. Les chefs de patrouille se sont bien occupés de leur équipe. Les tâches étaient bien réparties. Le matin une patrouille s’occupait du petit déjeuner, le préparait et réveillait les autres pour qu’ils mangent et ils faisaient aussi la vaisselle du soir. Une autre équipe  lavait la vaisselle du petit déjeuner. La troisième préparait le pique nique  pour l’activité du jour. La quatrième cuisinait le dîner du soir. Parfois le soir nous analysions  l’activité du lendemain en étudiant les documents qui nous étaient fournis par Paul et Bernard. Quand nous n’avions pas d’activité, nous allions dans le parc avec le portique pour passer le temps ou nous jouions aux cartes.

Le mercredi matin, les parents sont venus nous chercher et nous aider à désinstaller le camp qui s’est super bien passé. Détail : les autres campeurs nous gênaient un peu car ils avaient installé leurs tentes en envahissant un peu notre zone. On a commencé à ranger, à démonter nos tentes et on s'est tous dit au revoir et peut être à l'année prochaine. Ensuite, nous sommes partis de voitures en voitures, les uns après les autres. Merci pour le camp, il était très réussi et c'était génial. A bientôt  et je serai ravi(e) de continuer l'escalade à la Bottière.
 







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda