Carnet de route

(Raid) à skis au Marcadau

Sortie :  du

Le 07/04/2013 par Matthieu Urvoy

En ce début de printemps (tout du moins, si l'on en croit le calendrier), Richard propose un raid à skis au départ de Pont d'Espagne. 

 
Le modèle théorique :
  • montée aux Oulettes,
  • traversée Arratille-Mulets pour le refuge Wallon,
  • bascule en Espagne sur le refuge de Bachimaña,
  • Picos del Infierno en traversée et descente sur le refuge de Respomuso,
  • retour en France par le Marcadau.
Joli hein ?
 
Les données expérimentales :
  • une météo toute pourrie,
  • le départ retardé de deux jours, et le retour avancé d'une journée,
  • un raid en étoile (notez l'oxymore) au départ du refuge Wallon,
  • un gardien de refuge qui ne paye même pas son coup à boire *.
 
Mais heureusement :
  • une quantité de neige assez impressionnante,
  • de belles corniches (belles de loin),
  • une journée de beau temps dont nous aurons (très) bien profité,
  • de belles descentes poudreuses
  • un groupe de CAFistes à la motivation et la bonne humeur inébranlables **.
 
Jour 1 : Montée au refuge Wallon
Le moral des troupes est bon, malgré la pluie puis la neige qui nous accompagneront jusqu'au refuge. L'enneigement est impressionnant et la piste parfois 5m plus haut qu'à l'habitude. L'après-midi, Pierre et Matthieu redescendent jusqu'aux pistes de ski de fond pour retrouver Magali qui rejoint le groupe tardivement (et sous un brin de soleil !).
 
Jour 2 : Col du chapeau (D+: 666m)
Départ pour le vallon d'Arratille et montée au lac du même nom, puis bifurcation en direction du lac de Badète et contournement du Chapeau d'Espagne par le col d'Espagne supérieur. Délicieux petit couloir à descendre, qui s'ouvre ensuite sur un vallon plus débonnaire qui redescend sur celui d'Arratille.
 
Jour 3 : Le grand jour (D+: 1100m)
Ca y est, il fait beau. Départ matinal pour le Pic de Cambalès. Montée aux lacs d'Opale puis à ceux de Cambalès. S'ensuit un beau mur qui permet de prendre pied sur la crête de Cambalès. Damien, Richard, Magali et Matthieu se relaient pour faire la trace dans 20cm de poudreuse. La joyeuse troupe rejoint bientôt le pied du col d'Aragon, où elle y fera une petite pause pour recharger les batteries très appauvries en sucre de certains qui crient (littéralement) famine. Nous voilà ensuite repartis à l'assaut du col. Les plus courageux continueront ensuite (en veillant à bien éviter la corniche monstrueuse) jusqu'au pic, emmenés par Christophe qui s'envole vers le sommet.
 
Superbe point de vue, notamment sur les Picos Infierno que nous ne feront pas (cette année tout du moins). Chacun redescend ensuite à sa façon du sommet pour rejoindre le col :
  • Pierre à pieds,
  • Richard en crampons, sans les skis qu'ils avait sagement laissé plus bas,
  • Matthieu en crampons, avec les skis sur le sac qu'il a montés en haut pour rien,
  • Damien en monoski (ndlr: l'autre ski s'était fait la malle dans la pente au moment du déchaussage sommital - le ski sera retrouvé par la suite à mi-pente),
  • Magali et Christophe, chacun avec leur deux skis.
 
Excellente descente dans la poudre, qui alterne murs, replats, et traversées.
Mention spéciale à Richard qui réussit en solo le contournement nord-occidental des lacs de Cambalès, à force de bâtons. A son arrivée, il lancera le désormais fameux "T* g***** !" au reste de la troupe qui l'avait regardé faire depuis l'autre côté du lac où il suffisait de se laisser glisser.
 
Jour 4 : Histoire de (D+: 500m +/- 200m)
Le mauvais temps est de retour et la journée compromise. La chambre #1 se distingue de par son absence au petit déjeuner. La faute à Pierre qui avait laissé sa montre-réveil dans son sac, diront Christophe et Matthieu (ou leur mauvaise foi, qui sait).
Plusieurs options se dégagent pour la journée :
- Isa et Damien décident de redescendre sur Cauterêts pour profiter des bienfaits de la civilisation,
- Richard, Magali, Gérald, Pierre, Bernard et Matthieu montent en direction du col de la Fâche et s'arrêtent après 500m de montée. Excellente descente malgré le temps gris, passée à zigzager entre les coulées d'avalanche tombées les semaines précédentes,
- Christophe se recouche puis monte à l'heure espagnole dans la trace de Richard et cie.
 
Jour 5 : Echec et mat
Le mauvais temps redouble. La neige tombe à gros flocons une bonne partie de la matinée.
La troupe annule la traversée Arratille-Mulets prévue, ainsi que la course du samedi (certains avaient parlé du col d'Araillé, d'autres du Vignemale ... snif snif). Redescente à Pont d'Espagne ; Isa et Damien décident de fausser la compagnie au groupe et coupent à travers bois. Nous ne les reverrons que 20 minutes plus tard, recouverts de neige de la tête aux pieds ***. C'est finalement Pierre et son nez ensanglanté qui auront le mot de la fin grâce à une superbe chute sur bloc de glace peu avant le parking. Une fois descendus à Luz, on se consolera sur une pizza ou une entrecôte.
 
 
* Il manquait Laurent et sa force de persuasion légendaire - plus d'infos à ce sujet dans le récit à venir de Fabrice sur le week-end à Barèges des 13-14-15 avril.
** De grandes quantités de vin chaud et de bières auront toutefois été nécessaires au maintien de ces propriétés.
*** Ils prétendent avoir chuté.






CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda