Carnet de route

neiges catalanes marsiennes

Le 03/03/2014 par dandelot paul

 

Lundi 3 mars, super timing, départ d'Orvault à la minute près pour la Cerdagne : trop de neige annoncée sur la Peña Telera, option plan B vers la Serra del Cadi. Des bouchons sur le périphérique bordelais, stop over rapide au Vieux Campeur de Toulouse labège pour renouveler des antibottes et autres rondelles, et nous arriverons à Estana à 17h pile.

 

Mardi 4 mars, réveil 4h du matin... c'est pas facile. Paul est le premier debout et fait déjà ronfler le réchaud alors qu'on est encore dans nos duvets. Il a neigé toute la nuit, une bonne quinzaine de centimètres recouvrent le village. Le vent est lui aussi de la partie, par rafales. On s'équipe, on traverse le village par -10° pour aller faire un petit pipi a l'auberge et on avale un petit déjeuner rapide (chocolat, café, thé, brioche, céréales ..). 5h20, altitude1500, après quelques soucis de raquettes mal réglées, nous voilà partis dans la pénombre à la frontale. Premiers déboires quelques dizaines de mètres après la sortie du village, il semble que l'orientation nocturne ne soit pas notre fort, la poudreuse fraîche n'aidant rien, nous voilà sortis du sentier ; à tâtons, on fini quand même par retomber dessus un talus et trois buissons plus loin. Le sentier court dans la forêt, l'ambiance de nuit est assez surréaliste. 7h40, malgré une luminosité en hausse, on perd encore ce fichu sentier ! Au lieu de contourner la colline par la droite comme il eût fallu, on l'escalade et on la redescend dans les sapins, pour tomber nez à nez avec une borne qui marque un col "Ah mais on est à la borne, s'écrie soudain Paul, ah bah c'est par là !". 8h40, alt1850, arrivée à Prat de Cadi, immense clairière perdue au milieu des la forêt, au pied de la Serra del Cadi enfouie sous les nuages. Il neige, toujours pas mal de vent. Après une courte pause boisson/barres céréales, on entame la montée vers les couloirs. Il faut faire la trace dans la poudreuse, beaucoup plus abondante ici et la pente se fait plus raide, c'est épuisant ! 10h00, alt 2100, arrivée au pied des couloirs. Petit topo, le temps n'est pas clément, beaucoup trop de vent pour s'aventurer plus haut, la décision est prise de redescendre, mais pas sans avoir pratiqué un exercice de recherche DVA en conditions : "3min25 ... pas mal" dit Paul. 11h, on entame la descente. 11h30, enfin la première éclaircie de la journée, la luminosité est sublime et la Serra dévoile enfin toute sa splendeur ! 13h, déjeuner à Prat de Cadi. La descente au village se fait sous de belles éclaircies, la forêt est superbe, c'est beau ! 14h30 arrivée à Estana. L'après midi passe vite, sieste pour les uns, bières et papotage pour les autres ! 19h dîner typique rando (soupe, lyophilisé et pom'pot) sur la terrasse de l'auberge de Luis. 20h30 les dents, et un bon dodo dans un dortoir quasiment vide bien mérité !

 

Mercredi 5 mars, premier couloir de la semaine pour l’équipe et même premier couloir tout court pour certains ! Rien de prédisait une réussite pour cette seconde journée de grimpe. La météo annoncée la veille ne semblait pas nous sourire, mais qu’à cela ne tienne, nous partons quand même à 6h ce matin-là. Une heure de moins sera en effet nécessaire pour atteindre le bas du couloir Ordiguer, car les traces de la veille nous feront gagner du temps. Dès le réveil, Sébastien souffre d’un mal de crâne aigu, qui après 45 min de marche dans la neige,  l’empêche de continuer. Il rebrousse alors chemin et nous continuons l’approche à trois. Arrivés en bas du couloir, les conditions météos semblent plus clémentes qu’hier mais rien de très attirant tout de même. Nous attendons donc Paul pour savoir si nous continuons ou si nous rebroussons chemin. La décision semble claire, aujourd’hui on y va. Séance d’enfilage des crampons, suivie d’une marche difficile dans la poudreuse jusqu’au moment de rentrer dans le couloir de neige. 400 mètres de pente entre 40 et 50° nous attendent dans un couloir étroit. L’ambiance est saisissante et nous motive à faire une trace efficace à tour de rôle. C’est une première pour moi et Benjamin et les sensations sont au rendez-vous comme promises. La neige est tour à tour dure ou profonde, nous faisant avancer à un rythme très variable ! Avant d’entamer la sortie, nous arrivons à une plateforme depuis laquelle nous décidons de redescendre par le même couloir au lieu de faire le chemin de crête puis de sortir par le couloir de descente. En effet le temps nous aurait manqué pour finir normalement la course. Nous nous encordons enfin, Paul assure un relais fixe pour la première pente raide et dure, puis à notre tour nous l’assurons. Le reste de la descente  se fait en assurage mobile à un bon rythme. Nous redescendons ensuite à Serra del Cadi puis au village. La fatigue se fait sentir après cette belle course de 12 heures tout de même ! Au vu de l’heure d’arrivée nous comprenons que Sébastien commençait à s’inquiéter mais rien de grave, le soleil n’avait pas commencé à se coucher. Après un bon plat lyophilisé bien mérité nous partons au lit. Excellente première expérience en couloir de neige.

 

Jeudi 6 mars. Après les efforts des jours précédents, le réveil est programmé pour 6H00 (c’est presque la grasse matinée). Départ à 7h00 pour le canal Sabat sous un beau soleil qui nous promet une journée avec une météo des plus favorables. Nous effectuons le cheminement habituel dans les sous-bois et arrivons deux heures plus tard au Prat del Cadi où nous apercevons le groupe du CAF de Lorient qui termine les derniers mètres d’approche avant de se présenter à l’entrée du canal de l'Ordiguer. Notre équipe n’est pas très motivée pour faire la longue marche d’approche qui mène au canal Sabat et nous décidons donc de modifier notre objectif du jour pour nous rabattre sur le Canal del Cristall dont l’accès est moins éloigné. Après une marche d’approche d’une heure et demie, nous arrivons enfin au pied du couloir. Sitôt les crampons chaussés et les piolets en mains, Benjamin, pressé d’en découdre, part rapidement en tête pour ouvrir la voie au reste de la troupe. Les relais s’enchaînent à bonne allure dans une pente peu prononcée (35/40°). Nous atteignons la sortie une heure et demie plus tard, après avoir passé les dernières mètres d’ascension dans une inclinaison un peu plus prononcée (55-60°). Nous effectuons la redescente du couloir en compagnie du groupe du CAF de Lorient qui a choisi d’emprunter ce chemin pour le retour. Le reste du parcours qui nous mène au village d’Estana se fait à un rythme soutenu. La journée se termine par un repas copieux (et un peu arrosé) à l’auberge Cal Basté où Etienne a pu découvrir avec délice les saveurs et le côté diététique du ragoût de sanglier local.

 

Jeudi 7 mars, il fait grand beau, dommage il faut quand même rentrer. Le boucher de Tarascon commence à (re)connaître certaines bobines. Rien à signaler sur une autoroute toute dégagée et nous retrouverons la vie ligérienne en fin d'après midi.

CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda