Carnet de route

Un p'tit coup en Queyras ? C'est Richard qui paye sa tournée !

Sortie :  Ski de randonnée – raid en étoile à Villard d'Arène / La Grave du 14/03/2015

Le 23/04/2014 par Matthieu urvoy
Aaah le printemps ... cette douce saison où le skieur de randonnée, invoquant un mystérieux phénomène de transformation, peine à justifier son heure de retour bien précoce.
 
Car oui, il est à peine 13h et le voilà déjà attablé, à la Queyras d'un bar.
Parfois, c'est même torse-nu qu'il tente de faire du gringue, sans succès, aux marmottes et aux mouflons avoisinants.
Muni d'une bière, il fait d'abord le point sur la (demi-)journée écoulée : qui a chu, qui n'a pas chu ; il attribue ensuite une note de style à l'heureux vainqueur.
Et finalement il sort de son sac un fromage puant.
 
S'ensuit alors un après-midi éreintant où alternent sieste, bronzage, crémage, et parfois même tarot pour ceux qui ont vraiment (vraiment) la caisse. Le soir venu, inutile de dire qu'un copieux repas est indispensable à la récupération. C'est finalement à une heure parfois indue (21h voire 21h30 ... !) qu'il se couchera.
 
Voilà voilà, tout est dit ...
 
Ah non ! On en oublierait presque le jeu du matin : défier les lois de la gravité à l'aide d'une invention diabolique appelée "ski". Bien que ce mot existe au singulier, il est préférable d'en avoir deux : le sac-à-dos est alors plus facile à équilibrer. Parfois même, on les mets aux pieds, ce qui est tout de même plus pratique.
 
Cette année, c'est le Queyras qui nous accueille pour une (trop) petite semaine, du 29/03 au 05/04. Nous sommes huit : Véréna, Isabelle, Damien, Bernard, Louis, Patrice et Matthieu, tous menés d'une main de fer par le vénérable grand schtroumpf Richard, qui officie également en tant que réveille-marmottes. Il faut dire que pour certain, le réveil s'apparente au petit lever du roi louis XIV...par sa longueur !, mais rassurez-vous, toute la troupe est skis au pied, prêt à partir dès 8h, pour en découdre.
 
  • J1. Guillestre. D+ : 12852m. D- : 11849m. 950,2km.
La conduite de Damien est fluide et Isabelle perd parfois les pédales ; heureusement Véréna veille, en bon copilote. Pendant ce temps là, Patrice et Matthieu exercent leurs fessiers gauche et droit en alternance. De leur côté, Louis, Bernard et Richard (et même ses skis qu'il a failli oublier dans le train) arrivent en camping-car.
 
  • J2. La Guardiole de l'Alp (2786m). D+ & D- : 882m. 6km.
En AR depuis Gaudissart. Jolie balade d'échauffement ; il ne faut pas épuiser les troupes dès le premier jour. Au sommet, un beau belvédère sur les étapes des prochains jours nous attend. La descente se fait sur des rails (enfin c'est l'effet que ça fait quand la croûte casse et que le ski file tout droit, malgré toutes les récriminations du skieur). Heureusement la neige est bientôt transformée, s'ensuit alors une belle descente qui s'achèvera par une session "labyrinthe" où l'objectif est de suivre la neige sans passer par les mottes de terre.
 
  • J3. Pointe des Sagnes Longues (3032m). D+ & D- : 1008m. 8km.
Depuis le pont de Lariane, nous suivons la piste de ski de fond en direction du refuge d'Agnel, avant de quitter le plat pour monter en rive gauche vers le vallon de Clausis. Suspendu, on y accède par un raidillon qui se charge de réveiller les skieurs, endormis par tant de plat. Nous rejoignons ensuite l'arête des Sagnes Longues, et son sommet. Superbe panorama sur le Viso, sur les belles dalles de la crête de la Taillante, et de l'autre côté sur les Ecrins, le Pelvoux, etc. Le Brésil, sa chaleur et son Pain de Sucre ne sont pas loin non plus : ce n'est pas tous les jours d'Avril qu'on est en t-shirt à 3000 dans les alpes.
 
Excellente descente dans une neige parfois technique, mais globalement très agréable ; Louis en profite pour donner, un peu malgré lui (quel professionnalisme !), des cours de pédalé-sauté à ses poursuivants.
 
  • J4. Col de Chamoussière (2884m) et Pic de Caramantran (3025m). D+ : 1015m. D- : 445m. 11km.
Départ à skis de Saint-Véran où les voitures resteront pour les deux prochains jours. Un long faux-plat nous emmène successivement à une ancienne mine de cuivre puis à une ancienne carrière de marbre, avant finalement d'arriver à la chapelle N.-D. de Clausis.
 
Sans prévenir, le groupe divorce : Louis et Bernard suivent la rive gauche, tandis que Richard et le reste du groupe traversent pour remonter en rive droite. Malgré les nombreux et sonores rappels à l'ordre de Richard, les deux insoumis continuent leur chemin. Heureusement, tout est bien qui finit bien et les retrouvailles ont lieu en contrebas du col de Chamoussière (NB: à noter que personne n'était perdu car les 2 itinéraires figuraient sur la carte).
 
Le temps de manger un morceau au col, voilà que le groupe se scinde un nouvelle fois : Damien et Matthieu repartent à l'assaut du Pic de Caramantran, tandis que les autres redescendent directement sur le refuge d'Agnel. Superbe panorama au sommet, le Viso est encore tout proche, le Pain de Sucre encore plus. Plus bas, on peut apercevoir le reste du groupe qui godille vers le refuge d'Agnel sur une neige de versant nord absolument excellente. A noter : un superbe half-front-flip de Damien qui remporte la palme du séjour ; une reconstitution de l'exploit par image de synthèse est disponible en cliquant ici. Plus bas, Matthieu et Damien feront de la godille synchronisée (un peu trop synchronisée d'ailleurs ...).
 
Une fois au refuge d'Agnel, nous admirons nos traces ... mais celles du gardien nous remettent bien vite à notre place. Après-midi farniente au soleil sur la grande terrasse en bois.
 
  • J5. Col de l'Eychassier (2917m). D+ : 337m. D- : 1254m. 12km.
L'objectif du jour est une succession de deux cols, celui de l'Eychassier (2917m) tout d'abord, puis ensuite celui du Clot-Poulain (2827m). Une fois rendus au premier col, la météo semble incertaine et Richard décide de descendre par les lacs de Foréant et Egorgéou.
 
Il est bien tôt encore et la neige n'est pas du tout transformée, puis bientôt croûtée. Richard perd son ski et ponctue la descente, à chaque virage, de terribles imprécations (censurées). La légende dit que toutes les marmottes du Queyras se sont réveillées ce jour-là, et de fort mauvaise humeur.
 
La neige redevient meilleure dans le bas de la descente, où nous attend un beau parcours de skicross. Le bilan est mitigé : si Isabelle et Damien ont réalisé un perfect, Matthieu se rate dans un nose-slide unnatural au passage d'un petit pont en bois, Bernard rate de son côté un back-flip, et enfin Richard termine son run sur un half-cork départ arrêté, avec un superbe grab sur la rambarde du pont (n.d.l.r. Richard, le grab, ça se fait sur le ski normalement).
 
Après tant d'efforts, l'après-midi est passé en terrasse (pour changer) au gite de la Monta. Damien et Bernard partent en taxi pour Saint-Véran récupérer les voitures. Le soir, une lasagne géante annihile tous les efforts physiques de la semaine.
 
  • J6. Abriès et sa station. D+ & D- : de 713m à 1630m. De 6 à 12km.
Si la météo fût excellente jusque là, elle se gâte aujourd'hui et les nuages plafonnent entre 2300m et 2500m toute la journée. Le groupe se motive tout de même pour remonter, depuis les hauteurs d'Abriès, une piste noire. Une fois en haut du télésiège, certains décident de rentrer boire un coup (Richard, Louis, Bernard et Véréna), tandis les autres décident de redescendre un peu de l'autre côté de la station histoire de se fatiguer un peu plus.
 
La descente est plutôt bonne ; Damien et Isabelle s'arrêtent à mi-pente, tandis que Patrice et Matthieu redescendent jusqu'en bas de la station. Restent ensuite 900m à remonter pour rejoindre le sommet et redescendre par la piste noire du matin. Certains en profitent, à l'abri des appareils photos, pour travailler le pédalé-sauté dans la piste noire. Et pour finir, Matthieu entraîne Patrice dans une belle Guillaumade en balcon, épineuse à souhait.
 
  • J7. Nantes. D+ : 11849m. D- : 12852m. 950,2km
Devant la météo qui reste maussade, Richard, Louis et Bernard décident de prendre la route du retour. Les autres se dirigent vers le Lautaret où ils espèrent y faire une dernière course (le col de Laurichard) mais une fois sur place, force est de constater qu'il n'y a pas eu de regel nocturne et que la neige est bien chargée de sable. Abandon, donc, et retour sur Nantes dans la foulée. Sans succès, Matthieu et Véréna tentent d'endormir toute la voiture en parlant d'ennuyeuses lois de statistique. Bravo aux conducteurs !
 
Un grand merci à Richard pour son organisation ; à nos hôtes successifs pour leur accueil ; et à tous pour votre compagnie, vos figures, vos ronflements et votre bonne humeur.
 
Photos :
J2. Gardiole de l'Alp. https://flic.kr/s/aHsjXJ65aR
J3. Pointes des Sagnes Longues. https://flic.kr/s/aHsjXEBi7w
J4. Pic de Caramantran. https://flic.kr/s/aHsjXP1yQD
J5. Col de l'Eychassier. https://flic.kr/s/aHsjXNVaw4
J6. Gilly (Abriès). https://flic.kr/s/aHsjXJ7MSB






CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda