Carnet de route

traversée du Mercantour

Le 15/08/2014 par Chantal Blandin

TRAVERSEE DU MERCANTOUR DU 16 AU 23 JUILLET

Randonnée itinérante de St-Sauveur-sur-Tinée à Castellar (Menton) organisée par Edith M. sur le GR 52.

Avec Françoise, Nicole, Jean-René et Chantal.

 

Le sac ultra-léger

Jusqu’au départ de Nantes, chacun fait, refait, re-refait son sac en pesant, échangeant ou supprimant vêtement ou petit matériel.

Et puis, dans le car qui nous conduit de Nice à St-Sauveur-sur-Tinée – point de départ de notre traversée du Mercantour -, « on » s’allège encore d’un appareil photo que l’on récupérera, à l’issue de la traversée, aux objets trouvés à Nice.

 

La modernité ou l’ancienneté

2 refuges CAF se suivent sur l’itinéraire, celui de Nice et celui des Merveilles. Le premier, entièrement rénové, avec sa chambre 4 lits, sa loggia dédiée avec vue sur le lac, sa douche chaude (jeton). Le second avec son dortoir, sa longueur de bas-flancs sur 2 niveaux, et ses douches froides.

Au réveil, les avis divergent sur la qualité du sommeil…

 

La bonne surprise   

Après avoir quitté la haute montagne, nous poursuivons vers le sud. En milieu d’après-midi, comme les jours précédents, l’orage menace très sérieusement. Edith nous propose de faire une halte dans le bar devant lequel nous sommes arrêtés, le temps de laisser venir l’averse pour reprendre ensuite notre marche jusqu’au col de Turini où se situe notre gîte d’étape. A l’unanimité, nous préférons poursuivre sans nous arrêter. Nous nous apprêtons alors à traverser la route et découvrons, hilares, de l’autre côté, notre gîte d’étape de l’Estive !

L’importance des mots. Notre gîte est bien sur la route du col de Turini, mais il est situé bien en amont du col !

 

Les rencontres

Le 1er soir, nous avons rencontré un randonneur solitaire cafiste de Périgueux aux prises avec son smartphone pour la réservation de sa nuitée au refuge de Nice. On apprend qu’il projette de ne faire qu’une seule étape entre le gîte d’étape du Boréon et le refuge de Nice, là où Edith en prévoit 2 avec une nuitée au refuge de la Madone de Fenestre.

Après  avoir réalisé les 2 étapes concernées sur 2 jours, nous mesurons mieux l’étendue de ce qu’il a fait en 1 étape : tout le dénivelé et les distances.

Nous nous rassurons aussi, d’autres randonneurs ont fait le même découpage que nous et étaient également bien contents quand l’étape était terminée ! Et nous disons chapeau à ce monsieur ayant probablement passé le cap de la retraite !

 

L’orientation

Il peut être utile de se poser des questions – à voix haute – quand une pancarte d’orientation nous semble mal placée. Pourquoi est-elle au-dessus du chemin semi-carrossable ? et pourquoi la flèche indique-t-elle également de continuer au-dessus du chemin alors que visiblement il n’y a pas la moindre trace de sentier au sol ? Nous rigolons de la durée indiquée : encore 4 heures pour arriver à Sospel ! et l’heure du pique-nique approchant, nous nous engageons sur le chemin du bas « tout tracé ». Ce n’est que, bien après le pique-nique, que nous réalisons notre bévue. Sur la carte IGN, à l’endroit de la pancarte « mal placée », il y avait des pointillés… Conclusion, même par temps clair, il faut surveiller les balises GR !

Pour la petite histoire, nous n’avons pas rebroussé chemin et avons poursuivi la descente de cette route forestière interminable pour arriver épuisés à Breil-sur-Roya où nous sommes montés dans un train pour Sospel.

Le soir, aux terrasses de Sospel, nous avons pu poser la question aux 3 autres groupes qui faisaient la même étape. Et bien ils n’ont pas fait la même variante que nous. Ils sont bien arrivés par le GR 52 à Sospel !

 

Un grand merci à Edith pour l’organisation de cette traversée du Mercantour.

Chantal







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda