Carnet de route

WE du 15 Août en vallée d'Aure

Le 15/09/2014 par Nicolas Ouary et Etienne Peigné

Les impressions de quelques compagnons de la sortie du 15 Août

Les photos de l'ascension du Néouvielle

Un diaporama complet des 3 jours

Nicolas Ouary

Mercredi 13 aout

Après un voyage sur une bande son digne d'un hellfest avec un coffre on ne peut plus rempli, nous débarquons enfin au camping de Arreau. Il est 20 heure ; juste le temps de vider le coffre, monter les tentes avant la nuit et grignoter un morceau avant qu'Olivier nous annonce que la plus grosse journée de ces 4 jours c'est pour demain ! Départ à 7h, direction le Néouvielle par l'arête des trois conseillers. Bon, il n'y a plus qu'à régler les crampons alors. Tiens, d'ailleurs il en manque une paire... ce n'est pas ça qui nous arrêtera.

 

Jeudi 14 Août, levés avant l'aurore mais quand c'est pour partir en montagne c'est étrange comme cela passe mieux. Il fait beau, direction Cap de long. "Dis Fabrice, on n'a pas refait le plein de la Doblo hier, tu crois qu'on a assez d'essence ? - Mais oui !...(30 minutes plus tard) "Dis Fabrice, la jauge est dans le rouge et indique 50 bornes d'autonomie... ha non 49... non 48, tu es sûr que ça va aller ? - Mais oui... sûrement.... sans doute.... peut-être. En tout cas on arrive au barrage.

Une montée à la fraîche et plein d'iris bleus, plus tard voici la neige. C'est Olivier qui s'y collera pour monter sans crampons. Il fera une cordée avec Gaël et moi. Gaël découvre la marche en crampons ; tant que la neige est dure tout va bien, mais le soleil fond sur nous et la neige fond sous nous. Gaël commence à apprécier beaucoup moins ("Gaël, il faudra réessayer avec de bonnes grosses chaussures d'alpi pour ne pas rester sur une mauvaise impression.")

L'arête elle-même sera l'occasion à nos petite bande de 5 (Etienne, Benjamin, Fabrice, Gaël et moi) de s'essayer à passer en tête dans ce terrain d'aventure pas trop compliqué sous le regard bienveillant et les conseils d'Olivier, Antoine, Franck et Thomas. Ambiance et météo parfaite, les photos de Benjamin en témoignent.

 

Il est bien connu qu'une sortie en montagne est loin d'être terminée une fois au sommet. Il faudra encore descendre entre les barres rocheuses, s'essayer à descendre les névés (chacun sa technique...), trouver le passage derrière le Ramougn, le pas du chat et enfin la voiture à 18h30 passé il me semble.

 

Nous aurons même assez d'essence pour descendre jusqu'à la première station !

 

Vendredi 15 aout : Le cap d’Aou

Départ un peu moins matinal que la veille. Direction une falaise calcaire un peu plus bas dans la vallée. Après quelques minutes de piste carrossable, la marche d’approche commence tout doux dans une ambiance sous-bois. Puis Olivier nous arrête et nous dit « C’est ici qu’on monte » : Effectivement, il y a un gros cairn et une vague sente qui monte « dré dans l’pentu »qu’on perdra vite, mais de toute manière c’est tout droit en haut ; un très bon terrain pour arriver bien chaud au pied des voies !

L’équipe de 9 se séparera en 2 groupes : Olivier, Franck, Benjamin et Etienne d’un côté ; Antoine, Thomas, Fabrice, Gaël et moi de l’autre.

Nous voilà donc au pied des Cannes de Jeanne, nom donné en l’honneur de la dernière habitante du hameau en contrebas à l’époque de l’ouverture des voies. Les coinceurs, friends et sangles sont bien rangées, il ne reste plus qu’à se lancer dans cette voie de 7 longueurs en terrain d’aventure.

Thomas me transmet les infos d’Olivier : « Le premier relais est installé mais pas trop fiable à mon avis, il vaut mieux monter encore 10m et trouver 2 lunules pour poser un relais. Je me lance et retrouve bien vite les réflexes de lecture de la paroi pour trouver ou poser coinceurs et sangles. Je trouve le premier relais et continue à monter à la recherche des lunules…. Bon hé bien je ferai autrement pour le relais : je ne les ai jamais trouvées. Thomas me rejoint et part pour la prochaine longueur.

Malgré un rocher plutôt sain, je le vois bientôt disparaître dans une sorte de bosquet suspendu. Les branches s’agitent furieusement à son passage, il continue à monter puis redescend un peu : ça s’agite furieusement là-haut, il a dû rencontrer un sanglier grimpeur ! Pendant ce temps, Antoine a rejoint mon relai et fait monter ses 2 camarades de cordée. Apparemment, ce n’est pas la joie pour tout le monde là-dessous !

Enfin, Thomas a gagné son combat face au sanglier grimpeur et je peux partir pour le rejoindre en zigzaguant à mon tour entre les branches : ça doit faire quelques années que la falaise n’a pas été nettoyée. Derrière ça suit malgré les appréhensions de la première longueur.

Une longueur plus loin, Nous remontons une belle cheminée où les prises de main sont tout tout au fond…En haut nous avons une vue sur les 2 cordées parties sur d’autres voies et qui semble chercher désespérément leur chemin ! Puis les 2 dernières longueurs nous font évoluer sur une belle arête aérienne où Gaël s’essaie à passer en tête et où il découvre que les longueurs les plus faciles ne sont pas les moins impressionnantes. Il est temps d’aller rejoindre les rappels car une petite bruine arrive.

Après un première journée où chacun a pu goûter à la progression en continu sur une arête, nous avons pu au Cap d’Aou nous familiariser avec la progression sur des falaises en terrain d’aventure. Cela ouvre de belles perspectives pour se lancer dans de nouvelles sorties pour continuer à acquérir de l’expérience. Encore Merci à Olivier, Franck, Antoine et Thomas d’avoir entraîné notre petite bande de cinq dans ce petit WE prolongé.

 

Etienne Peigné

Journée 1 : l’arête des 3 conseillers

La course d’arrête étant une première pour moi, une légère appréhension se fait sentir en début de course. La marche d’approche passée et les premiers cailloux franchis, le doute laisse place au plaisir. Cette superbe journée débute par la découverte du massif Néouvielle, et les panoramas sur les sommets. Le passage du dernier névé (avec peine, au vu des crampons utilisés) ouvre la voie de la fameuse arête des 3 conseillers. Superbe initiation à la course d’arête, idéale pour se mettre à l’aise sur une course facile mais parfois aérienne. Les encadrants, un boulet au pied, commence à prendre la tête des cordées, donnent des explications, des conseils, puis laissent place aux jeunes :

L’encadrant : « tu sais faire un relais »

Le débutant 4m au-dessus en tête : « Eux … pas vraiment »

L’encadrant : « Tu verras ca là-haut alors »

Ensuite l’arête s’enchaine naturellement avec plaisir et simplicité, et débouche au sommet après quelques passages en III et IV. Bref un grand merci à la patience des initiateurs pour cette journée qui s’est finie par une descente aussi inoubliable que hasardeuse !

Journée 2 : initiation terrain d’aventure

Là encore, très belle journée de totale découverte. Au menu : coinceurs, bidouilles et itinéraires hasardeux. Il ressort que le terrain d’aventure se veut une discipline assez instinctive, laissant place à une grimpe « intelligente ». L’approche dans une forêt pentue sans réel sentier donne un avant-gout de la journée ! Ensuite les premières longueurs permettent de passer au-dessus de la forêt. Enfin pas vraiment, car la grimpe intelligente laisse souvent place au jardinage ! Après trois longueurs réalisées par Olivier, je prends la tête et malgré la rapide lecture du topo je me trompe d’itinéraire après quelques mètres, m’embarquant dans un passage plus arboré que calcaire ! Après une sortie de voie originale et une marche en forêt pieds nus (et oui, débutant oblige, j’ai oublié mes chaussure en bas) 3 rappels nous attendent pour un retour à la terre ferme et un repas bien mérité.

Journée 3 : Raisin d’ours

Après une initiation encadrée rien ne vaut une mise en situation réelle pour progresser. Nous faisons le choix d’un binôme débutant pour le dernier jour. La voie nommée « raisin d’ours » dans le massif du Néouvielle convient parfaitement. Après un début de voie un peu frais et pas très serein, le plaisir revient progressivement. Les passages en 5sup bien équipés permettent de faire une voie de 150m idéale pour débuter et profiter pleinement du massif du Néouvielle. Quelle satisfaction de finir sa première grande voie en autonomie et de prendre une bière dans la foulée pour fêter ca !

 







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda