Carnet de route

Dormir sous les étoiles

Le 07/12/2014 par Marie BRETECHE

Dormir sous les étoiles

 

Météo annoncée : très nuageux en soirée puis, en cours de nuit, nuages descendant vers 2400 m. Matinée dégagée.

  • Ce serait bête de monter et de se retrouver dans la brume !

  • Oui mais si on ne monte pas, on risque de le regretter.

Alors c’est parti ! Le sac chargé de vêtements chauds, du matelas (mince, pas lourd mais beaucoup trop mince !), du duvet (un ou deux ? Deux c’est plus lourd mais j’ai peur d’avoir froid avec un seul ! Tu rigoles, ton duvet est pour – 15 ° ! Mouais , deux quand même !), du dîner et du petit déjeuner nous (Christophe et moi) montons vers le Piméné.

Quel plaisir d’arriver le soir au sommet et se dire qu’on va dormir là, alors que tous les randonneurs sont partis. Mais la brume nous enveloppe et nous ne distinguons pas le cirque de Gavarnie, point de Vignemale, nada du Monte Perdido ou de la Munia. Ah mais si ! les nuages continuant à descendre, nous distinguons un petit bout du Casque sur fond de ciel encore bleu, puis un liséré de lumière au dessus de la mer de nuages, puis plus rien, le brouillard nous entoure et la nuit tombe rapidement après le dîner.

Ah le plaisir de s’installer : chercher le terrain plat sans trop de cailloux pointus (les recherches sont limitées, c’est petit là haut), trouver sa place, la tête vers le Vignemale ou vers le mont Perdu ? s’allonger dans le (non les 2) duvet (s) , fabriquer un oreiller avec la polaire, se bagarrer avec les cordelettes de serrage de la capuche, et puis quand on est enfin installé, on a envie de rester éveillé. Le sommeil va quand même gagner.

Plus tard dans la nuit, chacun à notre tour, nous nous réveillons et ouvrons les yeux pour découvrir…le ciel étoilé. Les nuages forment une mer un peu plus bas et les sommets flottent doucement éclairés par la lune. Quelle magie ! Nous sommes sur une petite île, la brume est toute proche en dessous… sensation de vertige (le comble pour des grimpeurs !).

Enfin l’aurore, petit à petit le ciel devient rose, nous attendons le soleil bien au chaud dans les duvets. Puis les 1ers rayons apparaissent et nous admirons l’évolution des couleurs sur les sommets.

Quel belvédère ! Nous sommes entourés de 3 000 : le Néouvielle, la Munia, le Mont Perdu et les Astazous, le cirque de Gavarnie, le Vignemale, le Pic du Midi de Bigorre … Les refuges des Sarradets et des Espuguettes sont invisibles, sous la mer de nuages. Sur une crête rocheuse, quelques isards saluent l’arrivée du soleil.

Le 1er randonneur est arrivé beaucoup trop tard pour admirer l’aurore, et pourtant il a couru.

Cette année, le père Noël va m’amener un confortable matelas de randonnée.

Marie et Christophe,







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda