Carnet de route

les passants(tes) du San(sou)cy

Le 19/03/2015 par magali camus

Tour du massif du Sancy en ski de randonnée nordique

Participants : Patrice, Fabienne, Marie-Jeanne, Georges, Nathalie, Eric, Bernard, Paul, Catherine, Magali

1er jour : vendredi 6 mars 2015

Départ matinal de Nantes vers 6 h. D'abord les étoiles puis le soleil nous accompagnent le long de l'autoroute qui nous conduit jusqu'à la station de Chastrreix-Sancy. On y parvient vers midi. Le temps de manger sur le pouce et de louer des skis de fond pour Bernard, faute de mieux, et nous voilà partis sur nos skis.

Les skis de randonnée nordique apportent un équilibre plus que précaire et une attention de tous les instants est nécessaire pour éviter la chute. Elle survint tout de même, inattendue et un peu honteuse. Pourtant, le plaisir de marcher et de glisser simultanément ne tarde pas à venir. Le massif du Plomb du Cantal à l'horizon, veille sur nos premières heures de randonnée. Cette petite étape de 10 km (3 h) s'achève vers 16 h 30 à l'auberge de Tarrafet à Chareire. Une bonne douche bien chaude, une petite sieste et nous voilà réunis autour d'une table pour une bière, un petit debriefing et un copieux repas (truffade, fromage, dessert). Après ça, la nuit est bienvenue.

2ème jour : samedi 7 mars 2015

Le soleil se lève en même temps que nous. Il restera avec nous toute la journée, comme hier. Cette deuxième étape va nous conduire jusqu'à Courbange. Au départ le long d'une piste de ski de fond, on coupe rapidement à travers champ pour rejoindre la cascade de la Barthe. Les grands espaces enneigés de succèdent jusqu'à la pause déjeuner à Vassivière, à côté de l'église et du chemin de croix. Le début d'après-midi sera moins bucolique avec la traversée de Super-Besse à pied. Sous le puy Chambourguet, à l'ouest, on rejoint les pistes de ski de fond. En les suivant, on atteint la plaine de Coureix où s'amorce notre descente le long du ruisseau de Champgourdeix. Dubitatifs au départ sur la possibilité de skier jusqu'au bout, nous trouverons finalement notre chemin sur la neige, entre les plaques herbeuses, et ne déchausserons qu' à 200 m du gîte de Volcaflore, notre refuge pour la nuit. La salle à manger, très cosy, offre de profonds canapés en cuir. Notre petit groupe s'y plonge avec délectation autour d'une bière locale méritée après 20 km d'efforts. Debriefing, briefing, repas et au dodo.

3ème jour : dimanche 8 mars 2015

A Courbange, le printemps a déjà pris ses quartiers et la neige se fait rare. Ce troisième jour commence donc à pied, nos skis en croix sur nos sacs à dos. Au moment de quitter le bord de route, Bernard qui souffre de ses ampoules et de son équipement mal adapté, décide de rejoindre le Mont Dore à pied par la route. Notre groupe réduit à neuf, nous rejoignons la vallée de Chaudefour. Le versant nord nous laisse le loisir de mettre nos skis. Sous la dent de la Rancune, haut lieu de grimpe, on passe face sud et la boue remplace la neige. Les skis retrouvent leur place sur nos dos et on entame une jolie randonnée à pied jusqu'aux contreforts du puy Jumel. Là, l'itinéraire prévu redescend vers Chambon des Neiges. Nous préférons emprunter un chemin forestier bien enneigé qui nous hisse tranquillement jusqu'au plateau de Durbise. A l'abri du vent, sur une tâche herbeuse, on y prend notre déjeuner avec vue sur le puy Jumel. L'après-midi est très nordique. Le plateau enneigé, dominé par le Roc de Cuzeau nous offre une heure de dépaysement total. Au col de la Croix Saint Robert, on emprunte la route non dégagée qui mène au Mont Dore. On croise quelques chiens de traîneaux en ballade et quelques adeptes du skating. La fin de l'étape sera moins réjouissante : une longue marche le long de la route. Au Mont Dore, on retrouve Bernard au chalet du Sancy (CAF). Béatrice, enceinte de presque 9 mois, et son ami, nous y accueillent. Le chien, Toby, s'éprend de Paul[1]. Il ne le lâchera pas de la soirée.

 

4ème jour : lundi 9 mars 2015

La dernière courte étape est encore et toujours sous le soleil. Du Chalet du Sancy, le chemin des Médecins nous conduit au Capucin. La montée s'amorce alors vers les pentes douces du versant Ouest du Puy de Cliergue. On met les peaux pour la première fois. Et là, quelle stabilité ! Mais c'est un peu juste pour apprécier la glisse en descente. La fin de l'étape sera une longue glissade (sans les peaux) tranquille jusqu'à la station de Chastreix-Sancy (8 km). Bernard nous y attend. Il a renoncé à la dernière étape, soumis à l'état de ses talons. C'est en taxi qu'il a rejoint notre point de départ. On termine par un repas à l'auberge du Roc de la station avant de reprendre la route pour Nantes. C'est déjà fini.

 

 

[1] Normal, entre vieilles bestioles, on se comprend

CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda