Carnet de route

WE Ski de Rando débutant à Gavarnie

Le 20/04/2015 par Aurélien P

Sortie caf du 13 au 15 février - Sortie débutant ski de rando à Gavarnie - Organisatrice Adeline Vincent

 

Mardi soir, réunion au local du caf pour peaufiner les derniers détails, et découvrir avec qui nous allons passer le weekend.

Ce sera avec Adeline, Lucie, Vincent, Julien, Quentin, Guillaume, Fabrice et Aurélien. Pascal a préféré annuler à cause des conditions météorologiques incertaines. C'est vrai que la météo annoncée n’est pas optimale, mais ça devrait être skiable. Il est prévu 1 journée de ski en station et 2 jours en ski de rando. L'idée d'Adeline était de commencer les hostilités par une journée en station pour se re-familiariser avec la neige et les skis avant de se lancer dans les pentes poudreuses, mais la météo en décida autrement.

 

Jeudi soir à 18h, c'est le départ, le minibus rempli des affaires de chacun, des skis (nous avons même aperçu une bouteille de chartreuse), nous récupérons Quentin et Vincent sur la route. Pause repas sur une aire d'autoroute. C'est là que Guillaume en pensant à ses œufs durs oubliés chez lui dans la casserole, nous pose la question existentielle du séjour « Vous connaissez l'astuce pour éplucher un œuf dur facilement ? ». La question est restée sans réponse jusqu'à la fin du séjour.

Nous arrivons sans encombre au Formule 1 de Pau, qui semble l'étape incontournable des sorties Caf dans les Pyrénées.

 

Vendredi matin 6h30 depuis le F1 de Pau

 

Après un petit-déjeuner pris parmi les gars de chantier, nous prenons la direction de Gavarnie. Adeline nous fait partager l'histoire des 3 Frères Chartreux, qui fabriquent cette liqueur aux 130 plantes : le premier connaît l'ensemble de la recette secrète, le second et le troisième connaissent chacun la moitié de la recette.

 

Nous louons nos chaussures à Gavarnie, et nous reprenons la route en lacets. Passage près du refuge ; pour l'instant, nous ne sommes pas encore attirés par le feu de cheminée, mais plus par la randonnée qui nous attend. Le camion garé dans une épingle, nous équipons nos skis des peaux.

Quant à Guillaume et Quentin, ils partent pour faire la montée en raquettes et la descente en snow. Les 200 premiers mètres (on parle de distance et non pas de dénivelé) seront fatals aux chaussures de snow de Quentin, et c'est sans regret que Guillaume et Quentin reprennent la route direction la station Gavarnie.

 

Pendant ce temps-là, nous continuons à monter vers le col de Lary. Découverte des conversions pour ma part. La montée se passe pour le mieux sous un ciel plus ou moins voilé. Les 550 m de dénivelé sont avalés en moins de 2h, nous rebroussons le chemin juste avant le Col de Lary. La suite jusqu'au pic de Lary, envisagée par Adeline, ne se fera pas : la visibilité n'est pas bonne et le vent a forci. Nous entamons la descente dans la poudreuse. La neige qui prend les skis, et le manque d'expérience en poudreuse, nous font vivre de belles gamelles. J'invoquerai par la suite l'excuse du mauvais réglage de mes fixations. Nous profitons du beau soleil pour la pause-déjeuner.  Adeline se propose de faire une coupe de neige pour en observer la cohésion. Une fine couche sans cohérence est bien présente, mais ne comporte pas de risque.

Nous reprenons la descente, le ventre plein. Le soleil étant toujours au rendez-vous, il est voté à l'unanimité de notre encadrante de remonter la pente finale menant au col (250m de dénivelé). Descente jusqu'au chalet dans différents types de neige et passages entre les rochers (je n'imagine pas ce que sont les sorties confirmées). Dénivelé positif de la journée 800m pour 1000m de descente.

 

Arrivés au chalet, notre super encadrante toujours en pleine forme se propose d'aller enterrer un DVA : ce sera une piqûre de rappel sur la recherche en avalanche en conditions réelles; le sac englouti sous l'avalanche aura survécu.

 

Certains en ont profité pour faire une petite sieste ou prendre une petite douche.

Le reste de la soirée, dans le chalet de la grange d’Holle, s'est déroulée au coin du feu de cheminée, avec de bonnes bières, un repas copieux, et s'est terminée par un jeu et une dégustation de chartreuse. La bonne ambiance de la soirée est retombée lorsque Quentin, parti à la recherche des clefs du camion, est revenu bredouille. C'était sans compter le génie de Lucie qui avait pris la précaution de demander les clefs à Quentin afin de récupérer son sac dans le camion. Les clefs se trouvaient bel et bien dans la veste de Lucie. Cette péripétie nous ayant fait rater l'heure limite de la douche, ce sera toilette de chat pour ce soir. Les premières expériences sur la position de la main inactive durant le brossage de dent sont réalisées, sans protocole préétabli.

 

 

Samedi matin depuis le chalet du Holle

Départ du chalet pour la seconde sortie,

 

Nous montons en camion. Comme prévu, la seconde partie de la route n'est pas déneigée. Nous chaussons les skis et les raquettes. Le début de la montée est en pente douce sur une route enneigée, puis nous commençons la montée vers le col du Pourteillou. Le problème des chaussures de snow étant réglé, Quentin et Guillaume sont avec nous. Mais la montée en raquettes semble particulièrement physique - ou serait-ce un manque de condition physique ?

Les conditions météo sont très bonnes, grand soleil, ciel dégagé et vue splendide sur le cirque de Gavarnie et la brèche de Roland, les conversions s'exécutent de mieux en mieux, les débuts hasardeux du premier jour sont vite oubliés. La fin de l'ascension, un passage étroit et en pente raide est assez physique, mais la vue que nous avons depuis le col vaut le détour.

Nous déjeunons à 2238m  d'altitude avant d'entamer la descente, le début de la descente (passage relativement raide et étroit) s'annonce difficile, mais sous les conseils avisés de notre encadrante cela se passe pour le mieux.

Nous descendons dans la poudreuse en essayant d'éviter au maximum les replats qui ne sont pas particulièrement appréciés de Guillaume et Quentin qui évoluent en snow.

Sur la dernière portion, nous finissons par couper à travers champs et arbres pour rejoindre le camion.

Nous rentrons tous ensemble au chalet, qui est animé par un groupe d'espagnols. Nous vérifions une seconde fois le goût de la bière et avalons le repas copieux du refuge. C'est aussi l'occasion de partager le reste de Chartreuse avec le gérant et Rémi (guide de haute montagne qui encadrera le stage autonomie en TA de Julien).

 

Dimanche matin depuis le chalet du Holle

La météo du dimanche confirme notre choix. Au programme, une journée en station. Départ sous la neige pour la station de Gavarnie. Nous décidons de mettre les chaussettes pour monter la route légèrement enneigée. Redémarrage en poussant le camion, méthode bobsleigh.

 

Nous profitons de la journée dans la station presque vide, sous la neige et avec une visibilité réduite.

 

Après avoir déposé le matériel à Gavarnie, nous repassons au Chalet, pour y boire un vin chaud. Nous apprenons qu'il est prévu une tartiflette pyrénéenne le soir au refuge … mais comme la route nous attend, nous nous contenterons de sa recette : le reblochon est remplacé par de la tome des Pyrénées et du Bethmale, le secret consistant à ajouter de la moutarde.

 

C'est aussi à ce moment là que nous apprenons que l'astuce pour décoller facilement la coquille des œufs dur est d'ajouter d'une goûte de vinaigre dans l'eau de cuisson.

On s'arrête à Luz-Saint-Sauveur pour faire le plein de fromages et charcuteries, puis retour sur Nantes.

 

Un super weekend découverte du ski de rando, dans la bonne ambiance, merci encore à notre organisatrice.

 

Aurélien P.

 







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda