Carnet de route

luberon

Le 09/05/2015 par Lechat Catherine

Douceur estivale, fraîcheur du mistral, luminosité rimant avec soleil, couleurs rimant avec fleurs et nature, le Luberon et ses habitants savent accueillir agréablement.

Coté hébergement : un mas provençal à flanc de colline, exposé plein Sud, avec une vue à 180°. A notre gauche Caseneuve qui s’enflamme tous les soirs, en face le Mourre Nègre (sommet du Luberon), à droite un spectacle somptueux : le ciel virant au rouge au coucher du soleil. 2 grandes terrasses parfairent ce petit coin de paradis, ombre ou soleil, au vent ou à l’abri, elles seront appréciées au goûter (les matins et soirées étant encore frisquets).

Dimanche – Gorges d’Oppedette

Nous cheminons sur le plateau calcaire, rive gauche, en bordure de falaises. Le sentier serpente à l’abri des chênes verts et embaume le buis et le thym. Arrêt pique-nique et longue sieste dans un coin de verdure avant la visite du village d’Oppedette, perché à l’entrée de la gorge et désert en ce début d’après-midi. Retour par l’autre rive après avoir traversé le Calavon à gué. Le sentier sur la rive droite est beaucoup plus accidenté et offre de belles vues sur les gorges. Un petit détour, pour certaines, par « l’Echelle de l’Aven » permet de rejoindre le lit de la rivière, bain de siège pour moi : l’eau est froide.

Lundi – Mourre Nègre 1125m

Nous partons de Castellet, beau village provençal, désert lui aussi, hormis une habitante bien avenante qui nous conseille de revenir à Noël pour admirer les décorations. Nous prenons le chemin des écoliers, et pique-niquons dans la forêt à 100m sous le sommet, une maison en ruines offrant de confortables sièges avec ses pierres éboulées. La forêt est infestée de chenilles processionnaires qui au printemps descendent des arbres pour s’enterrer.  Au sommet, ça décoiffe, le mistral soufflant fort, mais dégageant la vue à 360°. Au Sud : la montagne Sainte Victoire, le massif de la Sainte Baume, au loin l’étang de Berre et même à l’horizon : la méditerranée. A l’Ouest : le petit Luberon, les Alpilles, la vallée du Rhône. Au Nord : la montagne de Lure et le Mont Ventoux. A l’Est : les gorges du Verdon, le plateau de Valensole et les Alpes enneigées. Tout près Apt et les Blaces, notre gîte.

Mardi – Apt et Caseneuve

C’est le jour du marché des productions locales par les producteurs locaux ! Nous visitons son marché, ses rues piétonnes et le musée de l’aventure industrielle avec l’ocre : de son extraction à l’affinage et commercialisation, les fruits confits et leurs fabrications ainsi que la faïence, mais je n’ai pas aimé : que c’est chargé !

Retour à notre gîte pour profiter du cadre exceptionnel de nos terrasses puis visite de Caseneuve à 4-5km de là. Déplacement en voiture pour certaines mais 4 courageuses s’aventurent par des chemins de travers et rejoignent le village, protégé par son château forteresse du XI-XIIème siècle.

Mercredi – Colorado provençal

Aujourd’hui, pas de trajet en voiture, le Colorado provençal ou Colorado de Rustrel se trouve juste de l’autre côté de la colline. Beaucoup d’incertitudes et d’hésitations sur l’itinéraire à suivre, car le lieu est vaste et la zone spectaculaire bien circonscrite et non indiquée sur la carte. Finalement au cœur du site, nous arpentons les lieux en tous sens, tant et si bien que nous rentrons tard et fatiguées mais les yeux remplis de couleurs.

Jeudi – Sivergues – Buoux

Une bonne nuit, un soleil généreux et l’idée de farniente c’est envolé. Pour la 1ère fois nous croisons plusieurs groupes de randonneurs. Au programme, Sivergues, un très beau village au bout d’une route en cul de sac. De là nous partons pour une randonnée belle et varié. Descente vers le ruisseau de l’Aiguebrun, pour remonter sur l’autre rive, sur un plateau calcaire à la végétation méditerranéenne. Quelques curiosités en chemin : la Baume d’Eau, abri sous roche hébergeant une magnifique retenue d’eau formant une vaste piscine ; mais pas de baignade : c’est un réservoir d’eau potable pour les habitants du plateau. Un buron parfaitement restauré et les falaises de Buoux, célèbre site d’escalade, connu de tous les grimpeurs. Le village de Buoux déçoit, tant il y en a d’autres plus beaux dans la région. Retour en longeant le « vallon de l’Enfer » qui porte mal son nom, car c’est un havre de paix et de fraîcheur. Primevères, hépatites et violettes tapissent les berges du ruisseau clair et transparent de l’Aiguebrun qui clapote gentiment.

Vendredi – Saignon – Abbaye d’Eusèbe – Viens

Dernier jour, dernière visite. Nous ne pouvons pas quitter le Luberon sans visiter Saignon. Village plein de charme avec ses ruelles étroites, ses fontaines et placettes ombragées. Pas de touristes en ce début de matinée. Du haut du rocher, le panorama est époustouflant, d’ailleurs le rocher avait un rôle défensif pour la ville d’Apt. En contrebas, la ville, les vergers d’amandiers et de cerisiers en fleurs et les champs verts vifs de Luzerne : un beau patchwork de nature. Plus loin, toujours reconnaissable le Mont Ventoux, la Montagne de Lure et les Alpes de Hautes Provence.

Visite de l’Abbaye d’Eusèbe où le propriétaire travaille à remettre bâtiments et jardins en parfait état car dans quelques jours commencent la saison des mariages. Le site est mondialement connu par les « grands de ce monde », journalistes, hommes politiques, artistes peintres, lyriques ou comédiens et par les richissimes de Paris, New-York, Tokyo ou d’ailleurs. Tous viennent pour s’offrir un mariage de rêve. C’est vrai le cadre est superbe. Une chance pour nous, que cette visite gratuite par ce passionné de son patrimoine : cela n’a pas de prix !

Autre plus beau village de Provence : Viens, d’où nous faisons une petite randonnée avec cueillette du thym, la « mauvaise herbe » de la région.

Samedi

Nos chemins se séparent pour rentrer sur Nantes. Certaines partent sur Aix en Provence, les autres, à l’opposé sur Avignon : tous les chemins mènent à Rome, je veux dire, à Nantes.

Merci à Cécile V qui nous a proposé cette escapade « estivale » et qui a assumé une intendance irréprochable, comme d’habitude, (quoique ….. on a failli avoir du risotto sans riz !).

Avec la participation active de Sabine, Nicole, Nathalie, Nadine, Françoise, Edith M, Cécile J et Catherine.

P.S. : Quelques anecdotes

-Voiture de location quasi-neuve : Mais comment fait-on pour démarrer ? Il a fallu sortir le mode d’emploi pour y parvenir !

-Edith se vautre sur le chemin : une racine traitresse lui a barré la route.

-Nadine manque à l’appel : nous l’avons enfermée dans le gîte !

-Françoise est malade, nous la laissons chez le médecin, Sabine n’est guère mieux, elle reste toute la journée à dormir dans la voiture, les autres vont bien, elles ne seront pas contaminées.

texte de Catherine







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda