Carnet de route

week end ski rando débutants en ossau

Le 25/02/2016 par Bénédicte HUVELIN BOUARD

WEEK-END SKI DE RANDO EN OSSAU (19 au 21/02/16) 

Comment rendre un skieur heureux quand il a des skis aux pieds : du ciel bleu, du soleil (mais pas trop chaud), de la neige (mais de la bonne), des skis qui obéissent au doigt et à l’œil, des paysages à couper le souffle (mais ça se mérite) et de bons compagnons de balade.

 

Comment rendre un skieur heureux quand il n’a pas de skis aux pieds : une bonne pression (pas atmosphérique mais levurée), des plats mijotés avec amour, des ronflements dans les chambrées (quoique…), de bonnes tranches de rire et de déconnade…

 

Et bien nous, randonneurs à skis débutants (Mathilde, Barbora, Pascale, Bertrand, David, Romuald) avons eu tout ça grâce à la super organisation de Damien, Isabelle et notre mère à tous (le temps d’un week-end) Bénédicte.

Le démarrage du week-end s’est fait en douceur : atelier Arva près du Centre Pastoral du cirque d’Anéou en matinée (comment ça marche ce truc, ah oui c’est vrai il faut mettre des piles), l’ensemble du groupe s’en sort plutôt bien (mais pour se sentir à l’aise il sera nécessaire de pratiquer encore et encore), puis balade vers le Pic d’Anéou (les subtilités du pas-glissé sont moins mystérieuses).

 

Notre balade s’arrête à quelques 200 m du Pic (certains combattants demandant grâce…).

Une première descente sympathique pour certains, plus tumultueuse pour d’autres.

Ceux qui avaient l’usage de la parole à la montée, la perde à la descente et inversement.

 

Le lendemain le programme des réjouissances doit nous mener au Pic de Canaourouye (2347m). Mais a priori nous sommes nombreux à avoir eu les mêmes envies (on va croiser en chemin : de la raquette, du ski de rando, des joggeurs, des Espagnols, des photographes ; ce Pic pour les bipèdes est super tendance…) Les isards plus malins se sont retrouvés ailleurs pour être peinards (on les comprend)….

 

Là encore à la montée, il y a les concentrés, les décontractés, les faciles, les laborieux, l’appréciation du paysage est différente pour chacun. Le pique-nique remet tout le monde en selle et la descente est savoureuse, héroïque ou très fastoche (les goûts et les couleurs...).

 

A quelques encablures de l’arrivée, un groupe dissident (7 skieurs sur 9) décide de refaire une montée dynamique. Ok ! les 2 lâcheurs eux vont se consoler en terrasse et en découvrant les ressources locales (Ricard, Tortillas, boite géante de sucettes Chupa Chups).

 

La journée va se terminer en beauté avec la conquête de Laruns, sa charcuterie et ses délices, la fromagerie et ses superbes meules. Difficile de résister et puis en a t-on vraiment envie ?

 

Mais déjà nous en sommes à la dernière soirée à l’Auberge de la Caverne : il s’agit de mettre un peu d’ordre dans les sacs de voyage (comment on va caser le fromage et les boudins ????), de penser à prendre l’apéro et de continuer à bien profiter de la garbure et de la crème brûlée maison.

 

A l’Auberge lors des dîners, nous partageons quelques galéjades avec un groupe de filles dynamiques mais d’âge canonique (quelques uns hésiteront longuement entre le ski et la raquette….).

Dernière matinée de ski : l’objectif c’est le Pic d’Estremère.

 

Damien confie la tête du groupe à Bénédicte. La première partie de la montée démarre mollement, et très vite l’atelier « conversion » se met en place ; puis l’atelier « couteaux » s’impose. C’est plus raide, plus serré et la neige un peu « givrée ». A quelques encablures du sommet nous sommes attaqués à coups de boules de neige par des Espagnols, mais Bénédicte avec son regard bleu foncé et un espagnol maîtrisé leur explique qu’ils ne sont que 3 et nous 9… Non mais…

 

Là encore le pique-nique est somptueux, la vue époustouflante (Ossau et son orchestre nous joue une superbe partition). C’est beau, on est bien (on a fait le plein de photos, de vidéos) mais il va falloir descendre… Et on descend, pas toujours de façon sereine, mais ça glisse malgré tout et sans bobo.

Et puis ça y’est, on vient de faire le dernier virage, la dernière trace, on est au bus, il est temps de réogarniser le coffre, de se changer et de rentrer sur Nantes.

 

Bien entendu ce compte-rendu ne pourra pas restituer fidèlement l’ambiance de ce groupe, mais sachez que nous avons passé un très bon week-end, merci à belle, Bénédicte et Damien.

 

Pascale.

 

et pour ceux qui ont besoin de preuves allez voir les images.

 

https://www.dropbox.com/s/1zscrqoi3kagj6i/diaporama.avi?dl=0

 

https://www.dropbox.com/s/wjbzp10rwoovnoq/vid%C3%A9o.avi?dl=0

CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda