Carnet de route

semaine ski randonnée Beaufortain

Le 13/02/2017 par HUVELIN BOUARD Bénédicte

Ski de randonnée « en étoile » dans le Beaufortain du 27/01 au 04/02/2017

Avec Bénédicte, Véréna, Julie, Richard, Olivier, Patrice, Francis, Georgi, Bernard, Matthieu(visiteur d’un jour) et Anne  

Samedi 27/01 - Aller

Ponctuel au RV de 6h45 devant le local du CAF, avec Patrice, Richard, Véréna et Georgi nous montons dans le Ford Transit et rejoignons Bénédicte et Francis puis Bernard à St-Herblain.   Nous quittons Nantes vers 7h30 et faisons une pause café sur l’aire du val de cher. Patrice laisse sa place à Francis. Pause casse croute et changement de conducteur jusqu’à l’aire des volcans d’auvergne. Je prends le volant. Trafic très dense après Lyon ; nous sommes stoppés 1 h sur l’A43 quelques km avant le tunnel de Dullin où, par mesure de sécurité, les gendarmes bloquent l’entrée afin d’éviter un bouchon dans le tunnel de l’Epine et jusqu’à Chambéry.  Vers 16h30, nous prenons au passage Olivier à Chambéry. Halte au Géant d’Alertville pour faire le plein. Il fait nuit, nous remontons dans la voiture les chaussures pleines de gasoil ce qui rend Bénédicte malade avec les virages. Elle nous apprend que Mathieu, ex cafiste exilé à Grenoble depuis 2ans, a décidé de nous rejoindre pour la sortie de dimanche. Julie nous suit avec sa voiture. Nous serons donc 11 pour cette première sortie.

Arrivés à Arêches vers 19h, nous sommes accueillis au Gîte des Charmettes par Régine et prenons place dans nos chambres/dortoirs.

Nous nous couchons vers 21h30 après un repas de la région plutôt copieux (vacherin de tome des Bauges, pommes de terre).

Dimanche 28/01 – col de Roche Plane (2 094 m) depuis les maisonnettes. D+ 990 m 10km

Petit déj. à 7h30, beau temps annoncé, neige peu abondante (dernière chutes mi janvier) mais températures plutôt basses. Bénédicte me désigne pour conduire le groupe. Après les conseils de Régine, nous décidons de monter avec le véhicule de location par la route (2km). Test DVA OK, après un dépôt des affaires sur une vraie patinoire et un retour au lacet précédent, Oups ! Bénédicte s’aperçoit qu’elle a oublié ses skis sur le parking du gîte. Le temps d’un aller retour nous partons skis aux pieds vers 8h45

Les traces sont nombreuses. L’itinéraire est facile et monte dans les alpages. La vue est dégagée, nous commençons à apercevoir le massif du Mt Blanc et toute la chaîne des Aravis.

Nous traversons les alpages du Chatelard et des Crozats puis atteignons le lac du clou (une tourbière en été) puis le lac du couvert et hésitons à monter vers le sommet par l’épaule de Roche Plane. Nous optons finalement par une traversée en suivant la courbe de niveau autour de 1900 m. A l’approche du col, la montée devient plus raide. Nous arrivons sur la crête sous la légette du Mirantin pour traverser jusqu’au col de Roche plane à 2094m d’altitude. La pause au col vers 13h30 est bien méritée. Le froid se fait sentir, Richard sent l’onglée arriver. La descente se fera directement sous le col dans une pente Nord Est. Nous faisons quelques pauses boissons pour éviter les crampes. La neige est d’une qualité très moyenne. Nous retrouvons nos traces de la montée et arrivons aux Maisonnettes vers 15h30 puis vers 16h au gîte.

Super repas le soir où Régine nous fait découvrir les pormoniers à la polenta

 

Lundi 29/01 – passage de la charmette depuis le Mappaz D+ 1000 m -12 km

Cet objectif portait le nom du gîte, il n’était pas idiot de vouloir s’y rendre… la montée et les pentes paraissaient raisonnables. Une perturbation était annoncée dans l’après midi et l’itinéraire de repli était facile... Après un test DVA OK et un départ du Mappaz vers 8h30, nous quittons la route enneigée qui mène au barrage de St Guérin pour monter dans les premiers alpages puis dans la forêt. La neige est toute trafolée et le sentier à travers bois semé d’embûches. Après l’utilisation des cales et des couteaux nous passons enfin la clairière, choisissons un itinéraire avec une pente plus favorable et arrivons à la grange aux foins. Je tire le groupe un peu trop sous la roche Parstire et nous nous retrouvons dans les arcosses (les aulnes vert). Même si le sentier est balisé et emprunté l’été, il parait très escarpé et « paumatoire ». Nous sommes obligés de porter les skis quelques dizaines de mètres et de nous débattre dans ces branches souples de versants nord. Ca râle derrière et je peux le comprendre. Nous arrivons enfin sur un sentier plus adapté et apercevons le câble aménagé jusqu’au passage. Ce câble servait à descendre le lait de la traite pour faciliter son ramassage. Nous arrivons au passage de la Charmette vers 13h15. Le vent se lève, la Pierra Menta se dissipe dans les nuages. Nous renonçons à aller voir le lac de Roselend et décidons de redescendre pour déjeuner. Au tour de Bénédicte de choisir un itinéraire plus direct et délicat à travers les arcosses où elle reste « plantée ». Nous nous regroupons sur le sentier qui mène aux Acrays et choisissons de revenir par le barrage de St Guérin. Arrivée vers 15h au Mappaz, nous décidons de déjeuner avant de regagner le gîte de la Charmette .

Mardi 30/01 Quartier libre

La Dégradation annoncée s’est installée avec un redoux et une limite pluie neige vers 1200 m

Julie, Patrice et Bernard m’accompagnent pour faire du ski de piste à la station d’Arêches-Le Planay. Nous découvrons le domaine sous la pluie et la neige, et faisons une longue pause au plateau du Cuvy, histoire de nous sécher un peu.

Le reste du groupe décide d’aller visiter la coopérative de Beaufort et le petit village d’Hauteluce avec son église de style baroque.

Nous nous retrouvons le soir autour d’une bonne choucroute – je redécouvre le Tarot avec Bernard, Patrice, Francis et Bénédicte.

Mercredi 31/01   Pointe du Dard (2489m) depuis le Chornais D+ 1200 m – 14km

Petit déj. 7h30. Nous quittons le gîte vers 8h15 après avoir effectué le test DVA et laissé Georgi qui a préféré faire du ski de piste pour mieux profiter de la fin de semaine.

La montée avec le van du Planay au Chornais est rude, nous sommes obligés de descendre avant d’atteindre le parking. La route est encore bien gelée. A notre étonnement les nombreuses aires de stationnement sont presque toutes interdites et réservés aux clients du centre de vacances au chasse neige. Francis fini par trouver une place. Le départ a lieu un peu avant 9h.

Je reconnais le centre où j’ai travaillé plusieurs saisons l’été. Nous passons par les Quéfins pour prendre le sentier qui monte dans la forêt vers l’alpage des combettes puis les lacs Brassa et Tournant. Les 500m de montée par le sentier sont assez soutenus. Nous arrivons à l’alpage des combettes vers 10h15, le soleil apparait seulement sur ce versant. Le temps est dégagé, la vue sur le massif du mont blanc est magnifique. Olivier préfère ménager son dos, il choisit de rejoindre les pistes du Planay par le col de la grande combe. Il nous attendra au refuge des Arolles. Nous poursuivons notre ascension par une traversée plus délicate puis des pentes douces, la neige fraîche tombée la veille ajoute à la magie du lieu. Nous croisons quelques skieurs.  La montée versant nord s’effectue sans difficulté. Nous arrivons au col à la cote 2468 vers 13h sous la pointe du Dard. La vue vers le sud est dégagée, nous apercevons les Ecrins, la Meige, les glaciers de la Vanoise, la Grande Casse. Julie me demande à plusieurs reprises de lui montrer le col Bresson (à côté de la Pierra Menta) qu’elle compte rejoindre avec son frère le lendemain pour dormir au refuge de Presset. Je pense qu’elle l’a bien repéré. Le groupe s’en amuse, Elle sera rebaptisée Julie « Bresson ».

« Dépeautage », redescente tranquille dans cette belle combe orientée Nord par l’itinéraire de montée jusqu’à la traversée sous la légette du Grd Mont. Nous remettons les peaux pour rejoindre le domaine skiable du Planay par l’itinéraire du retour où est passé Olivier. Nous le retrouvons comme prévu aux Arolles à 1900 m et faisons une bonne pause casse croute face aux pistes. Richard peste car celles-ci sont glacées et nos skis de rando ne sont pas vraiment adaptés à ces surfaces trop lisses. La descente se fait prudemment jusqu’au Plannay vers 1200 m, Nous choisissons de poursuivre jusqu’au gîte de la Charmette par la piste de liaison. Patrice et Julie se sont proposés gentiment de revenir chercher le Transit.

Nous retrouvons Anne la femme d’Olivier qui est venu nous rejoindre ainsi que Guillaume, le frère de Julie.

Jeudi 01/02   Pointe de Riondet (2357m) par le col de la Louze (2119m ) depuis le Mappaz  D+ 1000 m  10km

Petit Dej vers 7h30, un redoux est annoncé mais la nuit est restée fraîche. Test DVA OK, après la belle rando de la veille le départ du Mappaz s’avére un peu plus compliqué que prévu…nous regagnons la route du barrage de St Guérin pour contourner le lac par la gauche et monter dans la forêt vers le col de la Louze.

Anne et Olivier feront une balade en raquette à proximité du lac, et après une montée pénible dans la végétation, Richard préfèrera rejoindre Patrice qui fera le tour du lac. La montée au col conduite par Bénédicte, suivi de Véréna se fera progressivement mais à un bon rythme. Nous apercevons un groupe qui se dirige vers le Riondet. A notre arrivée au col de la Louze à 2119 m, les nuages et un fort vent du sud finissent de nous convaincre de faire demi-tour. La descente toute neige menée par Georgi est finalement assez délicate et se complique un peu dans les arcosses et plus bas à travers les épicéas. A la pause déjeuner, le soleil est encore présent. Nous discutons avec l’autre groupe hébergé comme nous au gîte de la Charmette et qui descend du Grd Mont.

En empruntant le même itinéraire que celui de la montée et en poussant sur les bâtons, nous rejoignons Richard et Patrice au barrage de St Guérin et redescendons ensemble jusqu’au Mappaz.  

Le vendredi est annoncé pluvieux mais une fenêtre météo pourrait nous permettre d’envisager une sortie. Régine fini par nous convaincre de tenter le Grand Mont d’Arêches.

Vendredi 03/02 Le Grand mont d’Arêches (2686m) depuis le plateau de Cuvy (1710 m)

Petit Déj vers 7h30. Le temps est très couvert, la météo annonce une éclaircie entre 10h et 13h

Après le test DVA, nous décidons de partir dès 9h à skis directement du Gîte pour rejoindre les remontées mécaniques (TK du Grd Mont) et prendre la « trace rouge », un itinéraire balisé réservé randonneurs à skis ou en raquettes. Géorgi et Véréna choisissent de nous rejoindre plus tard dans la matinée et plutôt en haut des pistes.  Nous quittons le plateau de Cuvy un peu avant 10h sous un ciel sans nuage et des conditions de neige excellentes. La montée par l’itinéraire balisé est très agréable et s’éloigne des pistes. La vue sur les Aravis et le mont Blanc est totalement dégagée. Nous nous regroupons au col de la Forclaz à 2370 m vers midi. Le Grand Mont est annoncé à 3km et plus d’1heure. Une bonne partie du groupe rejoindra finalement le sommet vers 13h. La vue depuis le sommet où passeront dans un mois les coureurs de la Pierra Menta est somptueuse.

 Conformément aux prévisions météo de la veille, le vent et les nuages se renforcent ce qui nous pousse à redescendre sans tarder. Celle-ci se fera par le même itinéraire. La qualité de la neige et les pentes s’avèrent excellentes. Nous regagnons finalement les pistes et nous arrêtons au plateau du Cuvy pour une pause bien méritée. L’itinéraire du retour jusqu’au gîte se fera par la combe des Perches jusqu’au Planay puis par la piste de liaison.

Arrivée au gîte, nous croisons Julie et Guillaume de retour du refuge de Pressey.

Soirée fondu savoyarde puis glaces aux mirabelles et à la myrtille ! quel délice…

Le règlement des comptes se fait dans la bonne humeur. Régine et Joêl sont remerciés chaleureusement pour la qualité de leur accueil, du service et des plats qu’ils nous ont préparé.

Samedi 04/02

Le jour du départ, la neige tombe en abondance, ce qui oblige Francis à équiper le véhicule de location de chaussettes. Chacun récupère sa portion de Beaufort qu’il ramènera en souvenir de cette belle semaine. Nous quittons Anne à Arêches puis jusqu’à Chambéry, nous croisons les parisiens qui débutent leurs vacances d’hiver.

Le retour par Lyon se fera sans encombre après un départ vers 9h, une arrivée à Nantes vers 19h.

Un grand Merci à Bénédicte pour l’organisation et le choix du gîte.

Christophe

pour le reportage photo:

https://drive.google.com/file/d/0B7xUQ2k8QD7maE9KaXRDcGtTOFhIMjJHVEZZSFRMWU04N1ZN/view?usp=sharing

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda