Carnet de route

Inititation escalade artificielle au Croisic

Le 20/03/2012 par Fred
Nous sommes partis vers 8H30 sous un ciel maussade, pour rejoindre une côte humide : Les petites falaises du rocher de l'Ours au Croisic, du granite abrasif.
Nous, c'est 8 élèves + 1 guest star, tous attentifs. Notre prof vient d'El Cap, c'est Max Le Châtelier qui officie, aussi pro que pédago, il va nous apprendre à... Ne pas grimper !
Nous apprendre à nous élever sur les parois, sans utiliser l'équipement en place ici, et en ignorant même toutes les prises naturelles. 

L'objectif : 
Peu importe le niveau technique en escalade libre, nous pouvons franchir n'importe quel passage (ou presque), en escalade artificielle.
Les grandes-voies contenant des passages en artif ne seront plus exclues de nos programmes. Passages côtés en A0, A1 et jusqu'au A2, nous saurons surmonter, au delà, il faudra gagner un peu d'expérience.

Le principe : 
Poser un point de progression après l'autre, laborieusement, précisément, et s'élever lentement mais sûrement. 
Sans jamais demander à son assureur de nous "sécher", car point de progression ne vaut pas point d'assurage, il faut donc les ménager au maximum.

La méthode : 
Partir avec plusieurs kilos de matôs consciencieusement rangés et répartis sur le baudrier, il y en a de toutes les couleurs et ça tintinnabule gaiement.
Puis dans l'ordre, pour chaque point de progression:

- Choisir soigneusement l'emplacement et l'outil lui correspondant : 
Dans les fissures faciles, placer un bloqueur câblé classique, un friend, ou encore un ball-nut, sorte de mix futé entre les 2 premiers.
Dans les micro-fissures, inexploitables autrement, planter un piton, court ou allongé, en lamelle ou en tube.
- Cliper une dégaine dans le nouveau point, et assurer l'ensemble avec une daisy-chain.
- Y fixer un étrier, et tester l'ancrage en poussant vigoureusement avec le pied (si éjection, recommencer du début).
- Passer la corde classiquement dans la dégaine du point précédent juste avant de le dépasser.
- Se hisser sur l'étrier jusqu'à pouvoir se vacher dans le nouvel ancrage à l'aide d'un crochet Fifi. Accessoire très pratique, attaché au plus près du pontet, il permet un accrochage ou un décrochage rapide et facile.

Une soixantaine de centimètres seulement, parfois moins, séparent les points, il faut pourtant répéter ce protocole scrupuleusement, voilà pourquoi François et moi n'avons jamais mis moins de 3/4H pour grimper les 6 à 8 mètres de la petite falaise ! 
Et lorsque la roche n'offre aucune faille, pas la moindre interstice, il reste un ultime recours : La goutte d'eau ! Un petit crochet acéré et très résistant. 
Simplement posée sur une anfractuosité, maintenue sous tension, elle nous retient ! Tant que vous n'aurez pas essayé, vous n'y croirez pas. C'est étonnant, et c'est sans conteste l'outil qui nous a procuré le plus d'émotion ! Le redressement tremblotant de tout son poids sur la seule goutte d'eau, c'est inoubliable. 

Michel et Georgi se sont attaqués directement au versant le plus difficile du spot finement choisi par Max, ils sont partis dans le toit !
La plupart d'entre nous ont grimpé plusieurs voies en artif pure, sans oublier la bonne vieille moulinette de sécurité, qui en a rattrappé plus d'un, ainsi seuls les friends ont volé... Ce dimanche c'était entraînement, les conditions réelles viendront plus tard.
Le marteau qui résonne en contre-bas, interpellant les promeneurs? C'est le plus petit des 2 Antoines qui pillone sans relâche une voie difficile, progressant un piton après l'autre.
Un soleil bienveillant s'est pointé dès que la pause pique-nique a été lancée, il nous a réchauffé tout le reste de la jounrée. 
Puis nous avons grimpé quelques longueurs en libre, heureux d'enfiler enfin nos chaussons. Il n'y eut que les vagues de la marée montante du soir pour réussir à nous chasser.
 
 






CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda