Carnet de route

Escalade à la Sierra de Montsec – 2 : Défilé des Terradets

Sortie :  du

Le 29/04/2012 par Fabien Alain Anne Luc Antoine Hervé Olivier François

Triplette à la Bagasses (prononcer “Bayasses“), par Antoine :
Le jeudi 19 avril 2012 restera dans les mémoires. Ce jour-là huit grimpeur(se)s de Loire-Atlantique réparti(e)s dans trois cordées gravissent jusqu’à la vire supérieure, soit 350 mètres de grimpe, la célèbre paroi des Bagasses dans le défilé des Terradets. Nous avons la veille longuement étudié la face de 500 mètres et repéré le départ des voies. Chaque cordée démarre à 8h30 dans une voie différente : la CADE, Tutti Frutti et Cha Cha Cha. Ces deux dernières sont parallèles et croisent deux fois la première : très pratique pour discuter aux relais et prendre des photos des copains. L’autre intérêt est d’ordonner les cordées lorsque les voies se retrouvent au 6ème relai (ou est-ce le 7ème ?) de la CADE pour continuer par celle-ci jusqu’à la vire supérieure. Un petit passage en artif pour franchir un dévers bien lisse, suivi d’une longueur en terrain d’aventure que la dernière cordée gravit sous la pluie. Nous nous retrouvons tous à la vire supérieure après 350 mètres de grimpe : belle performance pour toute l’équipe !  Alors que le temps alterne entre éclaircies et averses la troupe entame la descente. Seuls deux irréductibles hésitent, observent le ciel et la paroi, consultent les topos … et se décident enfin : Luc et Antoine longent la vire vers la gauche, rejoignent la voie Vidal-Farreny (encore lui !) et en gravissent les 4 dernières longueurs pour arriver au sommet de la paroi à 18 heures et 500 mètres au-dessus de la rivière.

4x4 dans CADE, par Hervé :
Après 3 journées d'adaptation à la « grimpe » espagnole c-a-d équipement large et parfois aléatoire, l'heure était venue de nous affranchir de la tutelle de nos guides Antoine, Olivier et Luc. La veille, une découverte de la magnifique et un peu oppressante face des Bagasses dans le défilé des Terradets avait été opérée par la réalisation (partielle) de « Tutti Frutti » (environ 300m). Le réveil,  un peu tardif, révèle une fatigue qui commence à s'accumuler. Un cours trajet en voiture nous amène pratiquement au pied de la voie.
Avec François et Alain, nous avions convenu de nous partager le plaisir en enchaînant deux longueurs à suivre à tour de rôle. Honneur m'est fait d'entamer une longue journée d'escalade. Une première longueur en IV sert d'échauffement ;  puis une seconde dans laquelle l'itinéraire devient problématique. Après une fausse piste et une désescalade un peu acrobatique, le deuxième relais permet de passer le témoin à Alain qui s'initie à  la pose de coinceurs. Emotion garantie quand il achève une 3ème longueur de 40m sans dégaine au baudrier. François se réserve un beau passage dans du V très glissant et aérien qu'il faut franchir tout en finesse vu la patine des prises.  Nous arrivons enfin aux 2/3 de la voie où se rejoignent plusieurs voies. Cette portion que nous avions déjà parcourue le jour précédent nous réserve une belle partie d'artif (A1) assez « gazeuse » que j'ai le plaisir de franchir en tête en répétant les gestes appris lors d'une séance d'initiation au Croisic. Puis, François nous conduit à  une vire par une belle longueur verticale casi-TA (terrain d'aventure) assez expo. Cette vire, comme un coup de lame dans le rocher, se franchit en corde tendue au bord du vide, gaz garanti. Une dernière petite longueur nous conduit à la grande et large vire qui sert d'échappatoire. Après discussion, nous décidons (avec regret mais sagesse)  de ne pas faire les 7 dernières longueurs qui nous auraient conduits au sommet. On achève ainsi la semaine par cette randonnée 4X4 dans cette magnifique paroi des Bagasses et qui certifie une  initiation grande voie riche en émotions.
CADE
Paroi des Bagasses (Terradets)
Dénivelé des difficultés : 500m
Configuration : Face
Cotation globale : TD
Engagement : II
Equipement en place : P2 (partiellement équipé)

 

Souvenirs de François :
Lleida 2eme longueur
... Tiens ! Le clou est à quelques mètres derrière moi, la traversée est facile mais la protection inexistante. Quelques trous devraient faire l’affaire. J’essaie les coinceurs ad-hoc mais non !  La fissure est trop ouverte et l‘autre fissure est trop petite. Non, rien à faire, le vent souffle par rafales, bon c’est cramé... je ne peux pas compter sur les coinceurs, et je n’ai toujours pas trouvé le relais. Aïe la radio est décrochée, elle ne tient plus que par un fil… Je la prends dans ma main droite, tire sur le boîtier et l’enferme dans la poche gauche de mon pantalon. J’ai eu chaud !  Après quelques instants, je remarque quelques  prises patinées, je vais engager sur quelques mètres, les mains sont glissantes mais cela devrait passer. Je souffle, je suis calme et détendu, ( du moins, c’est ce que je me suggère)  et après  un dernier effort, je trouve enfin, derrière un rocher, deux plaquettes salvatrices. Après  quelques manip’ pour préparer le relais, je sors la radio et annonce doucement : « vaché ! »...

Lleida 4 eme longueur
… «- Tu veux y aller ? » me demande Antoine. Je réponds :
 « -oui, je vais tester le TA en grande voie. La fissure est bonne… ».
  Une fois arrivé au relais et préparé le système d’assurage , je regarde Antoine réaliser cette longueur avec brio. Je lui demande alors :
 «- Ma pose de coinceur, ça va ? »
 «- Oui, mais il faudrait que tu les resserres un peu plus tu vois, qu’ils arrivent au niveau des câbles ! 
- Ok ! »
 Je me dis « c’est bon, le ton est donné, je vais m’éclater pendant une semaine ! » ...

Le hall de gare
… j’ai les doigts qui s’ouvrent progressivement … mais il faut que je tienne, bon sang !  Je me bats, c’est trop dure putain ! Toute l’équipe est accrochée, je  vole, un flash… je suis sur le quai d’une gare,  tout le monde se marre …
«- Alors François, on lâche ??  
 -Oui, j’essayais de tenir sur une main mais j’ai glissé ! »
Du coup, on recommence la photo de l’équipe, accrochée au hall de gare, juste devant le dernier gîte dans lequel nous étions installés. C’était super, il y avait une bonne ambiance  mais la grimpe en Espagne c’est  finit pour cette année …

Le mot de la fin par Olivier :
Pour ma part c'était mon cinquième séjour annuel consécutif d'escalade en Espagne, avec deux sites mythiques. Du soleil, du vent, des émotions, des moments de partage, de palabres, et encore des villages déserts voire abandonnés, des paysages de sierras tantôt austères et majestueux, tantôt fertiles et verdoyants. Entre les journées de grimpe sur de longues et soutenues envolées calcaires je suis parti à la chasse aux fossiles et aux plantes sauvages. A côté de celles de la Jonte mon jardin a maintenant son carré catalan on verra bien ce qui en restera dans un an.
 







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda