Carnet de route

Grimpe à Arguibelle

Sortie :  du

Le 01/11/2012 par Anne et Sylvain

Finalement nous fûmes 18 à partir pour « quatre jours de grimpe à Arguibelle », malgré la suspicion d’une météo incertaine. Mais comme dit mon père « Il faut toujours partir, on n’est jamais déçu. » L’adage familial s’avèrera vrai une fois de plus, car d’une part nous avons grimpé trois journées entières, et d’autre part il ne m’a pas semblé déceler trace de déception chez quiconque. Bien au contraire…

 

Nous arrivâmes le mercredi soir, il était tard, il faisait nuit dans cette vallée inconnue du plus grand nombre, tous en quête de nouvelles voies : Arguibelle!

Le lendemain, nous fûmes rejoints par des compagnons insomniaques qui avaient roulé de nuit.
Les yeux embrumés pour certains, la motivation mordante pour d'autres nous nous lançâmes à l'ascension d'une simple marche d'approche quelque peu éprouvante, pour arriver en bas des voies.
Nous avons grimpé dans le secteur des Pèlerins toute la journée, chacun tâtant de ce calcaire rugueux, accrocheur, de ces petites failles, de ces petits trous, de ces dalles.
Cette première journée fût belle, lumineuse, lustrée du soleil d’automne…

Pourtant, notre volonté sans faille se trouva compromise par la pluie en fin de journée qui nous obligea à plier bagage. Surpris, certains durent même abandonner précipitamment leurs dégaines sur la voie. Et la descente périlleuse à travers bois sur un sol boueux laissa bien quelques traces dans le creux des mains de certaine.  Mais rien n’entama la bonne humeur générale.

Le soir nous nous sustentâmes avec un Énorme hachis parmentier pour ensuite rejoindre nos couches et nous effondrer de fatigue.

Le vendredi matin, le roi, sa femme et le petit prince.... Ah non, ce n'est pas cette histoire là!
Le vendredi, Zéphyr fût l'invité de toute la journée. Il souffla sur l'ensemble de la falaise avec plus ou moins de force, de violence. 
Le groupe se scinda en deux avec une partie sur le secteur Percnoptère des plus exposés aux bourrasques infernales et une autre partie qui retourna sur les Pèlerins... Eh oui ! Quand ton matos s’invite sur le mur, il faut, tôt ou tard, le récupérer (ou le faire récupérer par d’autres…). Mais quelle aubaine finalement, puisque l’incident envoya une partie du groupe directement à l’abri du vent, ou quasiment.

Vers 13h00, nous nous sommes tous rejoins sur afin de profiter au mieux de cette journée venteuse dont certaines descente en rappel resteront gravées longtemps à l’esprit. Et quant à ce topo, posé délicatement sur une faille, il y glissa si profondément qu’il y resta.
Le soir, nous avons pu goûter à un couscous maison qui a encore était cuisiné dans des proportions gargantuesques. 

Le samedi, Zéphyr c'était quelque peu calmé mais toujours présent avec nous. Nous retournâmes pour le plus grand nombre aux pèlerins une fois de plu., Quelle joie de parcourir l'ensemble des voie !. A nous tous, on peut considérer que le secteur a été fait dans son ensemble même les voies à 2 longueurs hormis les plus récalcitrantes de part leur difficulté inaccessible .... Pour l'instant. 
Un petit groupe décida de partir dans le secteur des Grand Corbeaux pour s'essayer aux multiples longueurs avec succès.
En tout début d'après midi nous reçûmes un prompt renfort des randonneurs égarés après un périple de plusieurs jours dans le froid et la neige, pourtant ce n'était pas les derniers à vouloir grimper le calcaire. A peine arrivés que déjà dans les voies à enchaîner les pas difficiles.
Le soir, nous nous sommes réunis autour d'un lentille-merguez encore pléthorique dans ces quantités, les randonneurs avaient leur petit bol de riz mais beaucoup de boisson, la cure à l'eau douce leur avaient fait beaucoup de mal. 
Nous les accompagnâmes avec la bière qui coulait à flot, le vin, le punch. Tard dans la nuit, la soirée continua pour les plus téméraires.

Le dimanche s'annonçait maussade, il fût pluvieux, nous pliâmes bagages pour repartir vers notre bien aimé contrée nantaise avec des souvenirs plein la tête, absolument pas déçus d’être venus et décidés à revenir une autre fois pour conquérir de nouveaux secteurs.

 

De la part de notre photographe Philippe :


Voici les quelques photos prises lors de notre séjour pyrénéen. Désolé il n'y en a pas beaucoup, et il n'y a pas tout le monde, mais il fallait choisir : grimper ou prendre des photos... !!

Et voilà aussi une petite vidéo de Christophe, en randonnée dans la voie en 6a+ (Raining Stones) qui en a fait transpirer certains... (dommage il manque les premiers mouvements... pourtant cruciaux...)

A+
Philippe

 

Et quelques photos d'Antoine par ici.







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda