Carnet de route

Sortie alpi Encantats Pyrénées espagnoles

Le 10/10/2015 par Claire

Je devais tenter ma première sortie alpi fin avril dernier (Claire) mais la météo nous avait contraint d'annuler ce projet deux jours avant la départ. « Ce n'est que partie remise avait dit Alain ». Soit, mais quand et pour quoi faire ? " Les Encantats, troisième semaine de septembre. C'est dans les  Pyrénées espagnoles, à cette période, il fait toujours beau." Effectivement, nous avons eu du beau soleil...mais aussi juste ce qui faut pour goûter l'ambiance « montagne hivernale ». C'était vraiment très bien organisé cette sortie pour « débutants », enfin "débutante" ...à part moi : Alain, rien que sa 17 ème course de l'année, Xavier connait la montagne comme sa poche, Thomas l'oeil et le pied montagnard. Denis avait déclaré forfait pour cause de tendinite mais c'était le même niveau.

 

Installation du camp de base samedi en milieu d'après-midi dans le joli petit camping de Barruera situé à 1100 m, point de départ de nos sorties. Les deux jours suivants, marche d'approche d'1heure 15 à partir du barrage de Cavalers, sur un beau relief en guise d'échauffement avant de se le lancer dans une voie de 5 longueurs. Objectif :  découvrir ( ou re-découvrir ) la grimpe en terrain d'aventure. Xavier et Thomas, qui sont déjà expérimentés, forment une cordée.  Je découvre cette nouvelle approche avec Alain. Il faut oublier tout ce que j'ai (à peine) intégré en escalade, même laisser ma nouvelle vache double confectionnée par Laurent. Première voie Punta Ferusola (AD+) ; j'ose 2 longueurs en tête dont une petite dalle, un point déjà dans le rocher, pour les autres points, des sangles autour d'arbres. Super, tout c'est bien passé et là haut le point de vue est magnifique !  Sommets et lacs. La descente est bien sportive aussi avec des pas de désescalade dans la cale d'une rivière... L'aventure est à tous les instants ! Le lendemain, même chemin d'accès pour Jordi Pujol (D-); . ça manque d'arbre cette fois. Je tente de poser friends et coinceurs dans une longueur en tête mais c'est surtout mon poing qui fait coinceur et le granit c'est abrasif ! Bilan d'Alain derrière moi : aucun point aurait éte utile en cas du chute !!

 

Le lendemain, nous laissons la voiture au parking et partons avec notre barda pour le refuge d'Estany long. Très jolie marche de 5 heures : torrent, cascade, douce rivière, chapelle, petites vaches élégantes et paisibles...Le refuge est complet mais en Espagne quand il n'y a plus de place il y a quand même de la place. Il suffit de pousser tables et bancs pour nous installer des matelas. C'est efficace et bien rôdé. C'est juste dans le passage pour l'accès aux toilettes situées en extérieur. Bal des lucioles -frontales - et des courants d'air toute la nuit !

 

Le lendemain, les nuages apparus la veille au soir sont toujours là. L'aiguille Dellui risque fort de rester dans les nuages et puis de toute façon, il commence à pleuvoir. Le projet grimpe est annulé. Tant pis, direction le refuge de Ventosa. Journée de transition ...d'un lieu à un autre - ne pas confondre avec journée de repos.  Rando montagne dans ambiance minérale, vent et pluie froide,  quasiment mini blizard, petits névés. Faut pas trainer même dans la montée. En haut du col, au bout de 4 heures, on avale un rapide casse-croûte. Le vent est toujours là mais le soleil commence à apparaitre. On reste groupés dans la descente car les pierres roulent sous nos pieds. Ensuite, le terrain n'est que blocs XXL dans tous les sens. Quel chaos !

Alain et Thomas cavalent comme deux izards. Je tente de suivre Xavier. La nature s'apaise enfin : après la cascade, la rivière, l'herbe verte et les crocus et même des pins tords sur la plateforme du refuge qui surplombe le lac ! Le site est splendide ! Xavier décide de s'offrir une journée de repos le lendemain dans ce décors de rêve.

 

Nous partons donc à trois dès 7.30 pour gravir Punta del solitude (D). Marche d'approche de 2h30, re-blocs XXL en montée cette fois ! , beau nevé au pied de la voie qui restera dans l'ombre toute la matinée avec coups de vent frais à très frais (ça c'est pour l'ambiance montagne hivernale comme promis). Thomas attaque les deux premières longueurs en tête. Alain enchaine. D'abord une traversée - en second je ne suis pas fière, rien pour les mains, des petites (?) reglettes pour les pieds- puis un dièdre. C'est vraiment complet cette voie. Et dernière longueur. Là, je commence à fatiguer. Une sorte de pas d'artif (merci Thomas). Et quand c'est fini, il reste le bonus : 3 longueurs en corde tendue pour la course d'arête assez verticale ! Et enfin, le sommet à 2900 m !!! Magnifique ! Soleil, ciel dégagé, vue à l'infini sur les Pyrénées espagnoles et françaises, en contre-bas des lacs et sur le versant d'en face 4 izards. Ma première voie d'alpi ! Emotion ! Bises de félicitations de mes deux compagnons de cordée. Il n'y a plus qu'à redescendre. Thomas file devant pour arriver au refuge avant le déclenchement des secours - si nous n'étions pas arrivés avant 19.00. J'essaie d'avancer du pas le plus alerte possible, Alain sur les talons. 18.30 : on retrouve Thomas et Xavier, tous ravis de notre journée. Apéro, ça s'arrose ! Quelle est bonne la San Miguel !

 

Vendredi, c'est notre dernier jour. Lever à nouveau à 6.30. Objectif, le Pa de sucre. Même projet que la veille mais avec une voie au soleil, au moins 3 heures de marche d'approche et 5 de marche pour redescendre au barrage après la voie de 5h. Au bout de 2 heures, Alain décide de porter ma corde. On ne va pas assez vite. Une demi-heure après, on s'accorde sur le fait que le projet est finalement trop ambitieux. On gagne alors plus simplement le col. Alain et Thomas s'élancent sur la crête en main libre et découvrent que le versant par lequel nous aurions dû redecendre est largement enneigé. Nous avons fait le bon choix. Descente par la vallée glaciaire en se repérant à de gros cairns. Paysage surprenant, tout en rondeur. Les dinosaures ne sont pas loins. Et puis retour sur le "camino" pour rejoindre le barrage et le camping. Grand Prince, Alain a porté ma corde toute cette longue journée.

 

Dernière soirée dans cette jolie vallée. La nuit, le ciel est plein d'étoiles.

Cette première semaine d'alpi a été un véritable enchantement. Bonne humeur, bons conseils et patience. Merci Alain, Thomas et Xavier.           - Claire.







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda