Carnet de route

Dans la soufflerie du bout du monde

Le 04/05/2018 par reivaX

 

Il ne fait jamais beau en Bretagne ? Légende ou réalité ?Pour répondre à cette délicate question, nous sommes partis nous rendre compte par nous même, à 6 filles et 3 garçons, ça vaut le coup de le noter.

Quasiment pas une goutte en 4 jours. Pen-Hir, une lande désolée battue par les vents du large. Un plateau pelé avec quelques rares traces de garennes (terriers de lapins) mais pas de blanche hermine.

Ce parking est le point de départ bien connu de nombre de grimpeurs.En général, il suffit de descendre un peu vers la mer et l’air redevient calme et serein, doux et câlin.On se prendrait pour des lézards au soleil jusqu’à la remontée là-haut vers des hordes de touristes emmitouflés qui nous regardent d’un œil interrogatif, sceptique et hagard.

Nous faisons connaissance avec des grimpeurs hollandais, italiens, lorientais  et aussi nantais près de qui nous faisons la promotion de notre cher Club Alpin. Ce qui est pour eux une surprise totale dans ces basses plaines.

Voici la galerie des artistes

Marc l’âme du groupe, appelé aussi GO, qui s’est attaqué le dernier jour à Diabolo sous des vents rugissants (à peine mais presque). Toujours est-il qu’en sortant, il a déclaré avoir été complètement « sonné », suivi de prêt par Caroline dans le même état. Mais ils l’ont fait ! On a eu très peur d’ailleurs qu’elle se soit radicalisée pendant le séjour, au vu de son look. En fait c’était pour se protéger des  fortes rafales.

Isabelle, qui s’est battue comme une lionne jusqu’au dernier jour dans un double toit (pas de chez Decathlon) en 5 b avant le grand Daouët, en déclarant « qu’est-ce que c’est chiant la salle ».

Philippe jeune recrue en retraite, aussi marin d’eau salée, qui sait faire des nœuds aussi bien avec des cordes qu’avec le vent. En a bavé mais est reparti tellement content.

Fabienne, dont les grands yeux disaient, « j’ai très envie d’y aller, mais j’ai un peu peur ». C’était pour partir dans Soleil rouge avec Xavier qui s’est senti revivre dans cette voie mythique, « protégeable naturellement », suivant cette belle expression empruntée au topo, encore plus poétique que « terrain d’av ». Une voie bio quoi ! Un dialogue intime entre le rocher et nous.

Solenne, la benjamine (pas la gamine) pas empotée non plus pour une grimpeuse qui a moins de deux ans à son compteur. Toujours d’attaque.

Gwenaëlle, animatrice de séance huile essentielle à ses heures pour les petits bouts de doigt meurtris, qui ne grimpe pas sans 4 ou 5 épaisseurs de vêtement.

Marie notre chevrette des parois qui est sortie du Fil d’Ariane avec des étoiles dans les yeux.

Sans oublier le passage de Lucie (installée en ce moment à Camaret) qui est venue gratonner quelques heures avec nous dans la dalle de Paul, mais qui avoue avoir laissé ses bras à la maternité.

A part ça, gîte très confortable, juste pour 9 comme le minibus, et logistique au top par Marc, Isabelle et Caroline.

                                                                                                       reivaX







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79
Permanences :
mercredi 19:00-20:30
Activités du club
Agenda