Carnet de route

Tour du Volcan du Cantal en randonnée

Le 21/09/2021 par John COATLEY

 

8 jours de marche en boucle suivant le GR400 dans le sens des aiguilles de la montre.

 

On était six à prendre le train à la gare de Nantes à 12.01 - Geneviève, Pascale, Patrice, Nathalie, Éric et John. Chacun a réservé ses propres billets car c’était plus pratique de faire comme ça - certains ont des cartes Sénior! Ça voulait dire que nous n’étions pas ensemble dans les trajets en TGV, mais dans les TER nous avons pu nous mettre ensemble. Pour les 2 voyages que nous avons fait, nous avons tous pris les mêmes trains mais ceci n’est pas une absolue nécessité. L’important est que tout le monde soit au point de départ de la marche à la bonne heure! Mais ce n’est pas plus mal quand même de voyager ensemble pour affronter ensemble des problèmes qui peuvent arriver en route, quelque chose dont nous avons fait l’expérience. Notre destination finale était Murat et il y avait 3 possibilités pour y être à partir de Nantes le 6 juin. Nous avons opté pour un direct Nantes - Lyon d’abord. Ensuite un TER de Lyon à Clermont Ferrand et un autre TER pour la partie finale de Clermont à Murat. Entre Lyon et Clermont-Ferrand notre train était immobilisé pendant plus d’une heure à cause d’un problème de signalisation. La SNCF a retardé de 20 minutes le dernier train de Clermont à Murat pour que puissions le prendre. D’où l’importance de se donner un peu de marge dans l’organisation des trajets en train. Et prévoir des réserves d’eau et de nourriture en cas de panne!

 

Nous sommes arrivés à 23.00 à la gare de Murat. Nous nous sommes installés à l’hôtel aux Globe Trotters qui était tout à côté de la gare. À la fin de notre boucle, une semaine plus tard, nous sommes revenus passer notre dernière nuit dans ce même hôtel, ce qui nous a permis d’y laisser des affaires dont nous n’avions pas besoin pour randonner - des vêtements de ville propres pour le voyage de retour, par exemple!

 

Jour 1: De Murat au Col de Prat de Bouc à 17 km est une mise en jambe fort agréable. Un petit détour nous a fait passer près des Rochers de Chamalière. Le col de Prat de Bouc abrite une station de ski de fond qui n’a pas un grand charme. Mais nous étions bien reçus à la Grange des Roches, un gîte moderne, confortable et bien équipé.

 

Jour 2: Nous avons commencé par monter sur le Plomb du Cantal à 1855m. De très belles vues à 360 degrés. Nous avons fini la journée au gîte d’étape de Lafon, à 3 km avant Thiézac. Ce gîte est géré par la municipalité de Thiézac. Le personnel arrive à 17.00 et le repas (très bon d’ailleurs) est livré plus tard par un traiteur. Le gîte est au bord de la route, isolé et il n’y a pas de village autour. On se disait que pour des gens comme nous qui font la randonnée dans le sens solaire que ce serait possible de continuer encore quelques kilomètres jusqu’au-dessus de Thiezac où il y a deux gîtes, à Trielle et au Clou. Cela rallongerait le parcours du jour 2 (de 16 à 21km) mais aurait des avantages pour le lendemain, Jour 3. En fait il permettrait de faire un petit détour et une montée du Puy Griou(1690) qui occupe une position centrale dans les Monts du Cantal. À Thiezac il y a une pharmacie (pour ceux qui auraient laissé leur Compeed à la maison, par ex) et une épicerie (pour ceux qui auraient oublié leur pique-nique dans le frigo du gîte - à 4km de distance!, ca arrive …)

 

Jour 3: C’est une journée courte, à 14 km. Nous avons été très bien reçus à Mandailles, au gîte Vert Azur les 4 Saisons, très confortable et bien équipée. Notre repas du soir était aussi fourni par un traiteur.

 

Jour 4: En partant nous avons pu faire des courses à l’épicerie du village. C’était la journée la plus longue du périple, à 24km et 1400m de dénivelé. On a passé beaucoup de temps à suivre des crètes ce qui permet d’avoir deux vues, parfois très différentes. On est entré dans une vallée de landes, avec beaucoup de bruyère. Arrivés au gîte communal du Fau à 18.30, nous avons à peine eu le temps de prendre une boisson que le repas était servi! La partie restaurant du gîte est tenue par un jeune couple qui vient de s’installer et dont la jeune femme est la fille du couple qui tient le gîte à Mandailles. La partie logement dépend de la Mairie et nous nous sommes trouvés installés dans un grand dortoir annexe un peu plus loin dans le village et c’est là aussi que nous avons pris nos repas. Moins de charme que le gîte précédent mais sympa quand même et nous étions heureux (et admiratifs) de voir un jeune couple s’installer dans un village isolé avec très peu de services.

 

Jour 5: La journée a commencé avec une montée assez soutenue du village au Puy Violent (1592m) où il a commencé à pleuvoir. Nous avons eu la chance de tomber sur un buron rénové - Le Violental- où nous avons pu déjeuner à l’abri de la pluie. Arrivés vers 16.00 à l’Hotel des Voyageurs au Falgoux, nous avons apprécié le confort qu’un hôtel peut offrir. Nous avons pris une boisson en terrasse, au soleil et plus tard, étant résidents, nous avons pu dîner (Truffade) à l’intérieur dans une pièce avec une vue splendide sur la Vallée du Mars, très verte après un mois de mai pluvieux.

 

Jour 6: C’était la journée la plus courte, à 12km et nous avons pris notre temps. La pluie s’est abstenue de tomber et nous avons déjeuné à côté d’un hameau en ruines au Ricou la Mouche. Des ruines qui soulèvent davantage de questions que de réponses. À des moments comme ça on se rend compte qu’on randonne non seulement dans le monde physique mais aussi dans l’histoire et qu’on passe à travers des signes et vestiges des gens qui ont habité et travaillé ces terres bien avant notre passage. La plupart des burons sont en ruines et ceux qui ont été restaurés servent de monuments au passé agricole - ils ne servent presque plus à affiner le fromage et la pratique de l’estive est orientée vers l’élevage à viande. ( On a traversé plusieurs troupeaux sans problème -avec leurs grandes cornes les vaches Salers sont certainement impressionnantes!). Le gite d’étape du Puy Mary se trouve à un kilomètre du Claux dans la bonne direction. Une atmosphère conviviale, une famille accueillante et une très bonne cuisine.

 

Jour 7: Le pénultième jour nous a amenés à la station de ski de Super-Liorant. Le mauvais temps nous a obligé à renoncer à monter sur le Puy Mary qui était dans les nuages et le vent. Mais notre guide intrépide, Geneviève, avait demandé et reçu auprès de la Maison de la Montagne au Claux la permission de prendre un raccourci en passant par une zone humide fréquentée par des marmottes qui étaient déjà sorties de leur sommeil d’hiver.

 La pluie a eu la bonne grâce d’attendre notre arrivée à Super Lioran avant de se mettre à tomber. Nous avons diné à notre gîte Le Bufadou de notre deuxième Truffade et le petit déjeuner du lendemain était le meilleur de notre périple. Super Lioran est une station de ski de l’époque moderne, crée pour profiter des possibilités de ski alpin. Tout est (rélativement) neuf et sans aucun charme!

 

Jour 8: En montant vers le Téton de Vénus (1669m) nous sommes passés à côté d’un buron converti en gîte (Buron de Meige Costes) qui avait l’air très sympathique. Nous avons conversé avec le gardien qui a même partagé sa recette de Truffade avec nous! Ce gîte serait un logement alternatif à Super Lioran. Il éviterait une descente à la station car ce buron est tout près du chemin que nous avions suivi la veille.

 Le retour à Murat s’est fait doucement - un grand troupeau de vaches Salers (avec le taureau!) à traverser; une déviation (bien signalée) à négocier au niveau de Vassivière, due à une dispute avec un éleveur.

 Globalement, il faut dire que le GR était très bien signalé et les marquages étaient bien entretenus. Un grand merci à tous ces bénévoles (dont nous avons croisé quelques uns) qui donnent de leur temps et énergie pour entretenir les marquages et les sentiers.

 Nous étions bien contents de retrouver Murat et l’hôtel aux Globe Trotters (une espèce en voie de disparition, sans doute!) et des vêtements propres. Un dîner en terrasse au restaurant le Comptoir.

Ensuite le lendemain, dimanche, retour à Nantes en train:

Murat - Clermont Ferrand

Clermont - Paris Bercy

Paris Montparnasse - Nantes.

Le grand avantage de la gare de Bercy est qu’il est sur une ligne de métro direct (le 6) jusqu’à la gare Montparnasse.

 

Encore un grand merci à Geneviève (Dalègre) pour avoir tout organisé aussi bien et de nous avoir fait découvrir ce beau pays qui est le Cantal avec ses fleurs sauvages (orchidées, pensées, asphodèles...), ses oiseaux (alouettes, coucous, mylans...), des fôrets de hêtres, ses troupeaux, ses fromages et plats locaux (Truffade, Chou Farci, Pounti...)

 

Carte Top 25: 2435 OT: Monts du Cantal - Pour une fois tout le parcours de la randonnée tient sur une seule carte!

 

Tous les détails sont à trouver sur Visorando: Randonnée no. 2455974.

TopoGuide: Volcan du Cantal.

 

JOHN







CLUB ALPIN FRANCAIS NANTES-ATLANTIQUE
14 RUE BATONNIER GUINAUDEAU
44100  NANTES
Contactez-nous
Tél. 02 40 73 64 79 - Accueil fermé du 1/11 au 12/11 inclus
Permanences :
Mercredi soir de 19h00 à 20h30, Secrétariat ouvert le vendredi de 13h30 à 17h00
Agenda